+ de témoignages
i
Sciences de la Vie
AES
Anglais
STAPS
Sciences de la Terre
Physique, chimie
Mathématiques
MASS
Lettres
LEA
Informatique
Histoire de l'art
Histoire
Géographie
Espagnol
Economie-gestion
Droit
Choisir un parcours
STAPS
SCIENCES DE LA VIE
PHYSIQUE, CHIMIE
MATHEMATIQUES
MASS
LETTRES
LEA
INFORMATIQUE
HISTOIRE DE L'ART
HISTOIRE
GEOGRAPHIE
ECONOMIE-GESTION
DROIT
ESPAGNOL
ANGLAIS
AES
SCIENCES DE LA TERRE
i

Enquête et recueil des témoignages :
observatoire des étudiants de l’UPPA

Développement de l’animation :
direction de la communication de l’UPPA

Publication : février 2015

Parmi ces 500 témoignages, chaque responsable pédagogique des 17 licences a pu choisir 3 parcours d’anciens qui lui semblaient être un « exemple » pour leurs cadets. Ce sont ces 51 témoignages que l’UPPA met en valeur à travers cette animation web.
La totalité des témoignages est accessible sur le site internet de l’observatoire des étudiants de l’UPPA.

Cette opération a pu être menée grâce au soutien financier de la communauté d’agglomération Pau-Pyrénées.

L’observatoire des étudiants de l’UPPA a lancé, en 2013, une grande enquête auprès des 4600 diplômés des licences de Pau et Tarbes des promotions 1990 à 2005.

Près de 500 témoignages ont été récoltés, preuve de l'attachement des anciens étudiants à notre université.

Qui est mieux placé qu’un ancien étudiant rentré dans la vie active pour vanter les mérites d’une formation à jeune étudiant indécis ? Personne. L’expérience parle. Et c’est ce que nous proposons aux futurs étudiants de l’UPPA à travers cette animation : publier en toute transparence les témoignages de nos anciens étudiants, pour que les nouvelles promotions puissent se projeter.

Le résultat d'une enquête de grande ampleur

Le résultat d'une enquête de grande ampleur

Réussir avec l'UPPA. Les anciens étudiants témoignent

- Enseignement de matières utiles au travail en entreprise ;
- Stage en entreprise qui m'a permis de décrocher mon premier emploi ;
- Interventions de professionnels qui montrent les aspects concrets dans une entreprise de ce qui est appris lors de la formation.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

- Maîtrise métiers du transport, de l'hôtellerie, du tourisme et des loisirs, spécialité animation, management, ingénierie des PME et des organisations de sport, loisirs, tourisme en 2002-2003 : stage de 4 mois en stations de ski (Gourette, La Pierre-Saint-Martin, Artouste, Tourmalet, Luz-Ardiden et Peyragudes), ce qui m'a permis de décrocher mon premier emploi.

- Juillet 2003 à avril 2012 : responsable qualité-environnement dans six stations de ski de Cerdagne et Capcir (espace Cambre d'Aze, Formiguères, Les Angles, Porté-Puymorens, Puigmal, Puyvalador) (66).

- Juin à octobre chaque année 2011 à 2014 : responsable service accueil / informations / contrôle sur le domaine skiable de la station de ski Cerro Castor (Ushuaïa - Argentine).

- Décembre 2013 à avril 2014 : technicienne qualité dans le service qualité-environnement d'ENSISA (Grandvalira - Andorre).

- Depuis octobre 2014 : responsable administrative et financière de PGI France pour les stations de Gavarnie-Gèdre et Hautacam (Hautes-Pyrénées) avec une mission de responsable qualité.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Aujourd'hui, mon travail consiste à contrôler toute la partie administrative, comptable/financière et sociale des 2 stations de ski. La partie administrative comprend le suivi des dossiers administratifs et le respect de la réglementation pour la gestion d'une station de ski. La partie comptable/financière concerne le suivi et le respect des budgets, le suivi du processus achats (de la validation d'une demande d'achats au paiement d'une facture), le suivi des ventes et contrôle de la recette, l'organisation du commercial (du démarchage clients à l'établissement de conventions, de documents promotionnels...), la transmission des recettes et des dépenses au cabinet comptable avec contrôle du suivi qui en est fait. La partie sociale couvre tout ce qui va du recrutement à l'établissement des documents nécessaires à l'embauche, au suivi des plannings et des heures, à l'établissement de la paye, au suivi de l'application de la réglementation sociale.

J'ai également une mission de mise en place d'un système de management qualité selon la norme internationale ISO 9001 : suivi des pratiques, plans d'actions, indicateurs et tableaux de bord, veilles réglementaires, analyse et évaluation des risques, élaboration et mise à jour documentaires, audits, jury d'examens de la profession.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] mon travail consiste à contrôler toute la partie administrative, comptable/financière et sociale des 2 stations de ski [...] "

Parcours STAPS

PGI France (Gavarnie-Gèdre)
Responsable administrative et financière
Cathy N.

La licence ES m'a permis d'acquérir des connaissances théoriques sur l'entraînement (caractéristiques des différents publics, les méthodes de développement des différentes qualités physiques, la connaissance des tests, les planifications et programmations, les pédagogies utilisables, la didactique...).

Le stage en situation m'a permis de mettre en œuvre sur le terrain toutes ces connaissances tout en créant le besoin dans la structure associative pour, au final, avoir une proposition d'emploi.
La retranscription écrite du stage vécu m'a permis une auto-analyse de mon travail et donc une évolution constante ainsi qu'une curiosité accrue sur l'entraînement.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

- 2004-2005 : licence ES au STAPS à Tarbes, obtention du brevet d'Etat 1er degré football, éducateur football des 14 ans fédéraux à Auch, responsable section sportive football du collège Voltaire à Tarbes
- 2005-2006 : M1 EPPM (Entraînement, préparation physique et mentale), éducateur des 13 ans au Pau FC, responsable section sportive football du collège Voltaire à Tarbes
- 2006-2007 : M2 EPPM, éducateur des 14 ans fédéraux au Pau FC, responsable section sportive football du collège Voltaire à Tarbes
- 2007-2008 : D.U. préparation physique Dijon, éducateur 15 ans Tarbes PF
- 2008-2009 : emploi mutualisé au district de football et club Tarbes PF
- 2009-2010 : obtention du brevet d'Etat 2ème degré football, conseiller technique d'animation football des Hautes-Pyrénées, emploi mutualisé au district de football et club Tarbes PF
- 2010-2011 : emploi d'éducateur sportif au district de football des Hautes-Pyrénées, éducateur séniors Tarbes PF
- 2011-2012 : obtention du diplôme d'entraîneur préparateur athlétique pour clubs de ligue 1 et 2, conseiller technique d'animation football des Hautes-Pyrénées,
- 2012-2014 : conseiller technique d'animation football des Hautes-Pyrénées,
- 2014-2015 : conseiller technique d'animation football des Hautes-Pyrénées, intégration du pôle national de préparation athlétique.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

J'ai en charge la gestion technique footballistique du département des Hautes-Pyrénées :
- la formation d’éducateurs (module de formation par catégorie, module projet club, réunion recyclage),
- le suivi et la mise en place du football en plein air (calendrier annuel football d'animation, journées événementielles U7 à U13),
- le développement de la pratique diversifiée comme le Futsal avec les U13 et U11,
- le développement du football féminin,
- la détection des espoirs du football U13 et U14 (détection, stage départemental, centre de perfectionnement technique),
- la mise en place du football en milieu scolaire (section sportive 1er cycle, cycle football à l'école primaire).
- l'accompagnement des clubs du département dans la mise en place de projet club (associatif, sportif, éducatif),
- référent dans la mise en place du programme éducatif fédéral.

En parallèle, j'interviens aussi au niveau régional :
- participation à l'ETR (équipe technique régionale),
- encadrement du module santé-sécurité (module du brevet de moniteur de football),
- encadrement des journées régionales (U11, U13, féminines, Futsal U13),
- évaluateur au concours d'entrée et à la certification du BMF (Brevet de moniteur de football).
Et pour finir, je fais partie du pôle national de préparation athlétique (PNPA) de la FFF (Fédération française de football) avec comme mission par exemple l'encadrement du diplôme d'entraîneur préparateur athlétique de la FFF à Clairefontaine.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] je fais partie du pôle national de préparation athlétique (PNPA) de la FFF [...] avec comme mission par exemple l'encadrement du diplôme d'entraîneur préparateur athlétique de la FFF à Clairefontaine.[...] "

Parcours STAPS

(Tarbes)
Conseiller technique d'animation football des Hautes-Pyrénées
Cédric V.

Pour mon parcours d'étude :
- les bases en sciences de l'éducation, qui sont beaucoup plus approfondies en prépa CAPEPS ;
- la découverte par la pratique de nombreuses APSA qui permet de mieux intégrer la théorie par la suite.

Pour mon parcours professionnel :
- idem, la découverte par la pratique de nombreuses APSA. Il est indispensable de maîtriser les bases (pratiques et pas seulement théoriques) des activités que l'on enseigne. Non seulement pour avoir plus de crédibilité auprès des élèves mais surtout pour donner du sens aux contenus que l'on transmet et reconnaître au plus vite les blocages des élèves.
- je réutilise aussi beaucoup l'histoire des sports. Les élèves sont friands de cet apport culturel en plus, glissé entre 2 situations ou pendant les phases de récupération.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après ma licence STAPS éducation et motricité :
- 1 an en prépa CAPEPS à l'IUFM de Pau : préparation de qualité dans une petite structure qui permet plus de suivi de la part des formateurs et des conditions de travail optimales.
- 1 an professeur stagiaire (10h) au collège de Garlin (64) et en formation à l'IUFM de Pau : la plus belle des années. On est heureux d'avoir réussi le concours, on reste dans notre région et on prend contact avec ce métier tellement prenant qu'est professeur d'EPS.
- 7 ans en LP à Epinay-sur-Seine (93) : en gestion de classe, j'ai plus progressé en 1 an que je ne l'aurais fait en 10 ans ailleurs. Les premières années sont très agréables et les conditions de travail plutôt bonnes (malgré ce qu'on peut penser) : classes à effectif réduit, infrastructures sportives de qualités, dynamisme des équipes pédagogiques, … Mais l'attente d'une mutation pour notre région d'origine peut paraître longue.
- Depuis la rentrée 2014 : collège de Lembeye (64).

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Les principales missions sont définies dans les textes officiels de l'éducation nationale : instruire, éduquer, former. Pour être moins vague, dans ma pratique actuelle, je me sens plus sur une mission d'éducation :
- développer le goût de l'effort ;
- être lucide sur ses capacités ;
- améliorer l'estime de soi ;
- prendre plaisir dans la pratique des APSA (activités physiques, sportives et artistiques).

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

"7 ans en LP à Epinay-sur-Seine (93) : en gestion de classe, j'ai plus progressé en 1 an que je ne l'aurais fait en 10 ans ailleurs."

Parcours STAPS

Collège de Lembeye (Lembeye)
Professeur d'éducation physique et sportive
Nicolas C.

Je pense que la licence a été le moment décisif dans le choix de ma carrière. C’est à ce moment-là que j’ai compris que la recherche était mon domaine. La formation pluridisciplinaire m’a beaucoup servi car elle m’a montré qu’on pouvait comprendre différents domaines et techniques. La licence m’a ouvert sur différentes disciplines et bien que certaines m’aient plu davantage que d’autres, je crois que c’est le fait de connaître le maximum de choses qui m’a permis d’affiner mes choix/priorités. La licence est donc un moment crucial car les deux premières années d’université ont été pénibles pour moi ?. La licence a été une vraie révélation pour mon avenir.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après la licence et la maîtrise obtenues à Pau, j’ai décidé de poursuivre en DEA à l’Université de Rennes. J’ai ensuite réalisé une thèse en biochimie et biologie moléculaire à l’ENSAR dans un laboratoire de l’INRA. Après l’obtention de la thèse (2001), j’ai décidé de changer de domaine scientifique en partant aux USA (Saint Louis, Washington University School of Medecine, laboratoire du prof. Gabriel Waksman) dans un laboratoire prestigieux afin d’apprendre la biologie structurale. J’y suis resté un an pour ensuite suivre l'équipe dans son déménagement à Londres.

Je suis resté deux années supplémentaires, années durant lesquelles j’ai considérablement progressé dans mon expérience et ma connaissance de la cristallographie. J’ai ensuite occupé un poste de chercheur au synchrotron européen de Grenoble (ESRF), pendant 5 ans, durant lesquels j'ai développé mon projet de recherche sur la bactérie Helicobacter pylori. J’ai ensuite été lauréat du programme national INSERM/CNRS (ATIP-Avenir) pour le démarrage d’une équipe nouvelle à Lyon. J’ai démarré mon équipe en 2010 au CNRS et j’ai finalement obtenu un poste de chargé de recherches CNRS au concours 2010.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Les missions de mon métier sont multiples et je ne décris ici que les principales. En tant que responsable d’équipe de recherche, je dédie une grande partie de mon temps à concevoir et diriger les recherches conduites dans mon équipe. Ceci signifie des entretiens individuels hebdomadaires ainsi qu’une réunion d’équipe. De plus, l’analyse des résultats se fait de manière régulière (quasi journalière) ainsi que la formation des étudiants aux différentes techniques du laboratoire. Cette fonction prend environ 50 pour cent de mon temps. Il s’agit également d’assister à des séminaires, de participer à des campagnes de collectes de données scientifiques au synchrotron. La lecture d’articles, leur évaluation et la veille scientifique est également une activité importante.

Évidemment, l’écriture des articles scientifiques constitue mon activité essentielle et, sans doute, la plus importante. Enfin, je présente les résultats obtenus lors de conférences nationales ou internationales et répond aux invitations à donner des séminaires sur nos travaux.

Enfin, de nombreuses tâches administratives m’incombent. Je participe à des jurys de thèse, d’évaluation de projets, etc. Je participe également aux interactions de notre unité avec son environnement, à son développement et à son rayonnement en tant que directeur adjoint de la structure fédérative de recherches des laboratoires de Lyon Gerland. Enfin, une des principales missions est de trouver des financements pour recruter ou financer nos recherches.
En effet, plus de 70 pour cent de nos activités sont financées sur projet. J’estime que je passe 40 pour cent de mon temps à cette activité, ce qui est sans doute trop élevé.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] je dédie une grande partie de mon temps à concevoir et diriger les recherches conduites dans mon équipe. [...] Il s’agit également d’assister à des séminaires, de participer à des campagnes de collectes de données scientifiques au synchrotron [...] "

Parcours Sciences de la vie

CNRS (Lyon)
Responsable d’équipe de recherche
Laurent T.

La licence de sciences naturelles à l’UPPA reste un moment fort de mon cursus de formation. La rigueur des contenus, le professionnalisme des enseignants, leur proximité avec le terrain (pour le département de géologie) et les relations avec les étudiants m’ont permis d’acquérir une culture scientifique et technique dont j’ai coutume de dire qu’ils m’ont permis d’avoir le CAPES (bien plus que la maîtrise que j’ai faite à l’Université Paul Sabatier !).

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après un bac D, j’ai fait un DUT en biologie appliquée à l’Université de Perpignan, puis je suis rentré en 2ème année de DEUG et fait ma licence de sciences naturelles à l’UPPA. La nécessité d’un niveau maîtrise pour passer le concours d’enseignant de SVT m’a poussé à aller à Toulouse (Pau ne proposait pas de maîtrise).

Après l’obtention du CAPES, j’ai été muté en Seine-Saint-Denis, en lycées classés sensibles (Bobigny, Aulnay-sous-Bois, Drancy).

En 2001, j’ai obtenu ma mutation pour revenir dans les Pyrénées (lycée de Lourdes).

En 2005, j’ai eu l’opportunité d’aller enseigner en Australie.

En 2007, je suis revenu sur le lycée de Lourdes où je suis encore actuellement.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

J’enseigne les sciences de la vie et de la Terre sur la cité scolaire de Lourdes, en particulier au lycée avec des classes à examen (ternimales S spécialité SVT, premières ES et L). De plus, grâce à une certification en langue (certification DNL SVT-Anglais), je dispense un enseignement bilingue en seconde et en première ES-L.

Je suis aussi formateur en éducation au développement durable sur l’eau et membre de l’IRES (Institut de recherche sur l’Eenseignement des sciences).

Enfin, je suis gestionnaire réseau et référent TICE de mon établissement.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] La rigueur des contenus, le professionnalisme des enseignants, leur proximité avec le terrain [...] m’ont permis d’acquérir une culture scientifique et technique dont j’ai coutume de dire qu’ils m’ont permis d’avoir le CAPES [...] "

Parcours Sciences de la vie

Lycée de Sarsan (Lourdes)
Professeur certifié classe normale en science de la vie et de la Terre
Frédéric L.

Ma licence de biochimie à l’UPPA m'a permis d'acquérir les connaissances de base dans un cadre agréable. L’UPPA étant une université relativement petite, le contact avec les professeurs et tuteurs est grandement facilité. Dans mon cas, ceci a été déterminant dans la poursuite de mes études puisque c’est au cours d’une banale conversation avec un tuteur à la fin d’un cours que j’ai décidé de mon orientation pour l’année suivante (3ème année) et je crois fermement que l’alternative aurait rendu mon parcours moins cohérent. Ma licence à l’UPPA m’a également permis d’effectuer un semestre d'études à l'étranger, en Australie, où j’ai pu assouvir mon intérêt pour les sciences marines tropicales et où j’ai noué des contacts qui se sont révélés précieux au cours des années suivantes, notamment pour monter mon projet de doctorat sur les poissons tropicaux.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

J’ai effectué le deuxième semestre de ma licence de biochimie en Australie grâce au programme d’échange entre l’UPPA et l’Université de Wollongong (Nouvelles-Galles du Sud, Australie). Après validation de ce semestre par l’UPPA, j’ai été acceptée en stage à James Cook University à Townsville (Queensland, Australie) pour une durée de deux mois, au cours desquels j’ai étudié la structure de populations de poissons perroquets dans l’Océan indo-Pacifique. Le travail de laboratoire m’a passionné et j’ai ensuite poursuivi mes études avec un master 1 d’Analyse fonctionnelle des génomes à l’Université Paul Sabatier de Toulouse, très axé sur la biologie cellulaire, la génomique et la biologie du développement. J’ai effectué mon stage de master au Laboratoire écologie et diversité biologique dans la même université, où j’ai étudié l’évolution des chromosomes sexuels chez les primates. Je suis retournée à l’UPPA durant l’été pour un stage non obligatoire pour étudier la structure de populations d’oiseaux marins dans le Pays Basque. Je suis ensuite partie pour l’Université de Perpignan via Domitia où s’ouvrait un master 2 d’Ecologie fonctionnelle, qui réunissait mes deux centres d’intérêt en biologie : les problématiques écologiques et les techniques de biologie moléculaire et de biochimie. J’ai effectué mon stage au laboratoire de Parasitologie du Centre de biologie et d’écologie tropicale et méditerranéenne, sur les marqueurs moléculaires de la virulence du parasite Schistosoma mansoni. Au cours de mon année de Master 2 j’ai monté un projet de thèse avec une chercheuse de James Cook University et fait une demande de bourse de thèse en Australie. Grâce à l’obtention de cette bourse je suis repartie à James Cook University à Townsville près de la Grande Barrière de Corail où j’ai étudié les effets de stress combinés (température et exposition aux pesticides) chez les poissons demoiselles (espèce tropicale de l’indo-Pacifique). A la fin de mon doctorat j’ai été recrutée au poste que j’occupe actuellement qui me permet de mettre en pratique les techniques et compétences que j’ai acquises au cours de mon doctorat, de mon cursus universitaire et des stages que j’ai effectués pendant celui-ci.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Depuis septembre 2010, j’occupe un poste équivalent à celui d’ingénieur de recherche ou ingénieur d’études à l’Institut Australien des Sciences Marines (Australian Institute of Marine Science). Mon travail au quotidien est très diversifié. Je travaille principalement en laboratoire où je suis chargée d’analyser des échantillons d’invertébrés marins (éponges et étoiles de mer, coraux, oursins). Je suis aussi amenée à collecter les échantillons sur le terrain en plongée sous-marine. Les missions ont une durée très variable allant d’une journée à 3 semaines et sont effectuées soit en stations de recherche, en général assez isolées le long de la grande barrière de corail, soit sur un bateau équipé pour le travail de laboratoire, sur la grande barrière ou à l’étranger (Papouasie-Nouvelle Guinée principalement). Au cours des 4 dernières années, j’ai appris une multitude de techniques de laboratoire qui m’ont permis d’acquérir des compétences en microbiologie, en génomique et en virologie. Je suis aussi amenée à analyser les données que je collecte et je participe à l’écriture des articles qui en découlent.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" J’ai effectué le deuxième semestre de ma licence de biochimie en Australie grâce au programme d’échange entre l’UPPA et l’Université de Wollongong (Nouvelles-Galles du Sud, Australie). "

Parcours Sciences de la vie

Institut Australien des Sciences Marines (Townsville)
Ingénieur d'études
Emmanuelle B.

Ma licence m'a permis d'avoir une formation solide et reconnue en sciences de la Terre. A mon arrivée à l'ENS, je n'avais pas à rougir de mon niveau dans les matières telles que la géodynamique, la géologie structurale, la télédétection et surtout l'expérience du terrain ! L'équipe enseignante de la licence, grâce à son soutien, a également joué un rôle déterminant dans mon admission à l'ENS. J'ai eu, après la licence, un parcours un peu "atypique", du fait de mon passage à l'ENS. Je dirais aux étudiants d'aujourd'hui qu'il est très important de s'intéresser à toutes les matières que l'UPPA propose, de ne pas hésiter à prendre des enseignements optionnels (c'était mon cas en L3 avec une option mathématiques pour les sciences, qui s'est avérée bien utile par la suite...). Je leur conseillerais de bien se renseigner sur les différents cursus possibles et, pour les plus motivés, de ne pas forcément suivre le chemin le plus "facile"... Je laisse le mot de la fin à Oscar Wilde : "Il faut viser la Lune, car même en cas d'échec on atterrit dans les étoiles" !

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

J'ai quitté l'UPPA après l'obtention de ma licence sciences de la Terre pour intégrer, après sélection sur dossier, le magistère de Sciences de la Planète (L3-M1-M2) de l'Ecole normale supérieure de Paris (Ulm). J'ai ainsi rejoint une promotion de "normaliens", qui eux, avaient fait 2 (ou souvent, 3) ans de prépa, passé le concours d'entrée à l'ENS et suivi la première année du magistère. En même temps que ma scolarité à l'ENS (où je suivais les cours des enseignants de l'ENS), j'ai également validé les modules du master méthodes Physiques en télédétection de l'université Paris VII. La spécificité de cette formation à l'ENS, en plus du très haut niveau des enseignements et des exigences, est de proposer un stage de recherche "long" dès l'année de M1. J'ai eu ainsi la chance d'effectuer un stage de 6 mois au Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux USA, avec une bourse du MIT. Cette expérience a été extraordinaire, aussi bien sur le plan académique que sur le plan personnel. Après le master, je suivais toujours des cours à l'ENS afin de valider mon Diplôme de l'ENS (pour lequel 3 ans d'études sont nécessaires).

J'ai effectué ma thèse au Laboratoire de météorologie dynamique, sur le site de l'Ecole polytechnique, où, là encore, l'environnement intellectuel et matériel était très stimulant et propice à la réussite. Mon sujet portait sur l'étude des aérosols de poussières désertiques dans l'atmosphère, à partir d'observations spatiales dans l'infrarouge : un sujet et un directeur de thèse passionnants, qui m'ont permis de parcourir le monde pour présenter mes résultats dans de nombreuses conférences. J'ai soutenu avec succès ma thèse au bout de 3 ans et 2 mois, puis je me suis accordé quelques vacances bien méritées, avant d'occuper mon poste actuel à Toulouse (3 mois de recherche active d'emploi) dans le domaine du spatial.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je travaille depuis 3 ans en tant que consultante pour un client du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), dans le domaine de l'océanographie spatiale. Plus spécifiquement, ma mission consiste à participer à des études scientifiques et techniques sur des altimètres embarqués sur différents satellites actuellement dans l'espace, ou dont le lancement est prévu.

L'altimétrie est actuellement en plein essor car les scientifiques ont besoin de données précises, globales et surtout continues de l'état de l'océan. Dans ce cadre, je participe à des études assez spécialisées sur le traitement de la mesure altimétrique, c'est-à-dire l'amélioration des traitements que l'on fait subir à la mesure radar, une fois collectée par les stations sol de chaque satellite. Cela permet ensuite de déterminer avec une grande précision le niveau moyen des océans, la hauteur des vagues, la vitesse des vents... autant de paramètres permettant d'enrichir les modèles climatiques et d'améliorer les prévisions météorologiques, par exemple (il y a plein d'autres applications...).

Mon travail au quotidien pourrait se résumer à beaucoup d'informatique scientifique et de la physique (télédétection, traitement du signal). Le travail se fait beaucoup en équipe et je participe régulièrement à des réunions d'avancement avec nos partenaires, ce qui permet d'avoir un peu de recul sur le travail quotidien et d'en comprendre les enjeux plus globaux.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" A mon arrivée à l'ENS, je n'avais pas à rougir de mon niveau dans les matières telles que la géodynamique, la géologie structurale, la télédétection et surtout l'expérience du terrain ! "

Parcours Sciences de la Terre

M3 SYSTEMS (Ramonville-Saint-Agne)
Ingénieur métier océanographie spatiale
Sophie P.

La licence en sciences de la Terre dispensée au sein de l’UPPA m’a fourni un socle de connaissances théoriques solide dans les disciplines fondamentales de la géologie. C’est sur ce socle que j’ai pu construire le parcours universitaire qui m’a conduit jusqu’à la thèse de doctorat et à mes fonctions actuelles.

Le travail de géologue passe nécessairement, au moins dans une première phase, par la connaissance du terrain. A ce titre, les nombreuses sorties organisées dans le cadre de la licence à l’UPPA, ainsi que la proximité d’un objet d’étude idéal, les Pyrénées, à deux pas de l’Université m’ont permis de me construire un socle de connaissances plus pratiques, notamment par la formation aux techniques de cartographie géologique et d’analyse de la déformation. J’ai pu mettre à profit, par la suite, cette formation, aussi bien dans mon activité d’étudiant que de post-doc ou de maître de conférences.

En résumé, des enseignants-chercheurs souvent passionnés et passionnants, disponibles pour répondre à nos questions, et un cadre d’étude favorable (des promotions peu nombreuses) étaient autant d’atouts de la licence en Sciences de la Terre de l’UPPA.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

L’obtention de la licence en sciences de la Terre effectuée à l’UPPA m’a ouvert la voie vers une maîtrise (équivalent M1) en sciences de la Terre à l’Université Paul Sabatier de Toulouse, suivie d'un master 2 en Sciences de la Terre et des planètes solides, toujours à l’Université Paul Sabatier.

Conforté par ces expériences dans la volonté de continuer à faire de la recherche fondamentale, j’ai poursuivi après l’obtention d’une bourse du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche sur une thèse de doctorat en trois ans, entre 2005 et 2008, au sein du Laboratoire des mécanismes et transferts en géologie à Toulouse. Dans le cadre de cette thèse, j’ai passé environ l’équivalent de huit mois à l’étranger (Chili, Argentine, Italie). J'ai également été moniteur de l’Enseignement supérieur, fonction qui à l'époque consistait à effectuer l’équivalent de la charge d’enseignement d'un maître de conférences, sur une durée de trois ans.

Trois mois avant la fin de ma thèse et trois mois après la fin de celle-ci, j’ai été engagé par l’Université Paul Sabatier en tant qu’attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) sur un poste à mi-temps, effectuant en dehors de mes activités de recherche l’équivalent de la moitié du service d’enseignement d’un maître de conférences.
En mars 2009, je suis parti faire un premier stage post-doctoral à l’Université Roma Tre en Italie pendant deux ans, dans le cadre d’un contrat avec l’équivalent du CNR italien, sur un projet de recherche à l’échelle européenne (projet TOPO-Europe). Cette expérience de recherche à l’étranger a été très formatrice car elle m’a permis d’appréhender sur une longue période de temps le fonctionnement de la recherche dans d’autres structures que celles des laboratoires français.
En mars 2011, je suis revenu en France pour mon deuxième stage post-doctoral à l’Université de Nantes, dans le cadre d’un projet financé par l’Agence nationale de la recherche, portant sur les variations du niveau de la mer à l’échelle des temps géologiques (projet GiSeLE).

Enfin, au printemps 2012, j’ai passé et réussi le concours de maître de conférences en tectonique de l’Université de Rennes 1, prenant officiellement mon poste en septembre 2012, poste que j’occupe actuellement.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis actuellement maître de conférences en tectonique au sein de l’Université de Rennes 1. Je fais partie de l’Unité mixte de recherche Géosciences Rennes. Mes missions sont de trois types, occupant pour chacune environ un tiers de mon temps :
- une mission de recherche : faire progresser l’état des connaissances de mon domaine de recherche. La grande liberté de choix dont nous disposons dans l’orientation de nos thématiques de recherche est l’un des principaux avantages de ce métier. En ce qui me concerne, mes recherches portent sur la compréhension de la tectonique des plaques dans les zones de subduction. Je l’aborde, via la confrontation de données géologiques, pour des cas d’étude de terrain à des modèles analogiques réalisés en laboratoire. Ces derniers sont des « modèles réduits » qui permettent d’appréhender la physique des processus en jeu. En dehors du cadre du laboratoire, ces travaux de recherche m’amènent à effectuer des campagnes de terrain pour observation et échantillonnage, notamment en Amérique du Sud (Argentine, Chili). J’ai également une mission de diffusion des résultats scientifiques obtenus à la fois via la publication d’articles dans des revues scientifiques internationales spécialisées et la participation à des congrès scientifiques. Mon rôle est également parfois d’évaluer le travail scientifique d’autres chercheurs en faisant un travail de rapporteur, soit pour des articles scientifiques, soit pour évaluer le financement de projets scientifiques.

- une mission d’enseignement : transmettre l’état des connaissances scientifiques de mes champs disciplinaires aux étudiants de l’Université de Rennes 1, aussi bien au niveau de la licence en sciences de la Terre qu’au niveau des différents master disponibles dans notre Université. Ces enseignements sont de différents types, cours magistraux et séances de TD/TP en salle mais également, et c’est une des spécificités des enseignements en géologie, des stages de terrain à la journée ou à la semaine pour l’application concrète des techniques et savoirs transmis en salle. Cette partie de mon travail occupe un volume horaire de 192 h équivalent TD au cours de chaque année universitaire, hors organisation des emplois du temps, préparation de cours, corrections et examens. J’ai également une mission de formation par la recherche via l’encadrement de stages de recherche de plusieurs mois d’étudiants en master.

- une mission administrative : c’est la mission la moins connue du métier de maître de conférences et pourtant parfois une des plus chronophage. Une partie non négligeable de notre travail consiste en la recherche de crédits pour pouvoir financer nos recherches et, donc, à la rédaction de projets scientifiques dans le cadre d’appels d’offres d’instances nationales et européennes. Je contribue également à l’animation de l’activité scientifique locale, à l’échelle de l’université, en faisant partie de la commission scientifique de l’OSUR, une structure regroupant différents laboratoires des domaines des sciences de l’univers et en co-organisant les séminaires bimensuels du laboratoire. Je suis, enfin, responsable scientifique du laboratoire de modélisation analogique de Géosciences Rennes.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" La licence [...] m’a fourni un socle de connaissances théoriques solide [...] "

Parcours Sciences de la Terre

Université de Rennes 1 (Rennes)
Maître de conférences
Benjamin G.

La licence à l’UPPA m’a permis d’acquérir des connaissances générales et solides dans le domaine des sciences de la terre ainsi que de découvrir le milieu pétrolier grâce à la proximité avec le CSTJF (Centre scientifique et technique Jean-Féger de Total). Un point fort concernant la formation reste pour moi la proximité avec les Pyrénées et les nombreux stages terrains organisés par les enseignants-chercheurs de l’Université.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après l'obtention de ma licence à l'UPPA, j’ai intégré l'ENSEGID à Bordeaux avec le master "géo ressources et risques" ce qui m’a permis de mieux appréhender les problématiques liées au domaine pétrolier. Durant ces 2 années, j’ai aussi réalisé 2 stages (10 mois cumulés) chez Total à Pau dans le service carbonates.

Le domaine pétrolier me fascinant, j’ai décidé de tenter d’intégrer l’IFP School (Institut Français du Pétrole section géologie) à Rueil-Malmaison. Il s’agit d'une formation en anglais et en alternance avec une entreprise. GDF Suez a accepté ma candidature, j’ai donc intégré la formation entre 2007 et 2009. J’ai ensuite été embauchée par GDF à l'issue de mon apprentissage.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis actuellement géologue d’exploration chez GDF Suez au sein de l’équipe Asie du Sud Est (Malaisie et Indonésie). Je suis chargée de faire l’évaluation de la prospectivité sur les licences où nous avons des intérêts ainsi que sur les nouvelles opportunités proposées par notre département stratégie.

Je travaille conjointement avec les géophysiciens et les ingénieurs réservoirs pour estimer la quantité d’hydrocarbures potentiellement stockés dans le sous-sol et pour optimiser l’emplacement des puits. Je m’occupe également du suivi des puits d’exploration et de développement, en réalisant une étude quantitative et qualitative des logs, des points de pressions ou encore des analyses de carottes. Je me déplace aussi régulièrement à Jakarta et Kuala Lumpur pour échanger au mieux avec nos partenaires.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" Un point fort concernant la formation reste pour moi la proximité avec les Pyrénées et les nombreux stages terrains organisés par les enseignants-chercheurs de l’Université."

Parcours Sciences de la Terre

GDF Suez (Paris-La Défense)
Géologue d’exploration
Roxane D.

La licence IUP Matériaux n'était qu'un passage pour obtenir la maîtrise et ensuite poursuivre en école d'ingénieur. Cependant cette formation IUP, plutôt accès plasturgie de mon point de vue, m'a apporté de bonnes bases et un bon intérêt dans ce domaine pour faciliter la poursuite de mes études en école d'ingénieur.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

- 2004 : ingénieur maître en génie des matériaux, à l’IUP Génie des matériaux de l’UPPA.

- Juin 2005 à août 2005 : stage en laboratoire, Université Robert Gordon (Ecosse). Soutien à des travaux de thèse sur l'étude des charbons actifs.

- Mars 2006 à août 2006 : stage d’ingénieur au sein du centre R&D de Plastic Omnium (Ain). Etude de pièces de pare-chocs connaissant des problèmes de retrait différentiel : étude du procédé d’injection / modélisation des pièces / simulation sous MoldFlow ; corrélation essais sur presse et modélisation, pour améliorer les modélisations sous Moldflow.

- 2004 à 2006 : diplôme d’ingénieur en matériaux, spécialisé plasturgie & conception avancée à l’Institut des sciences de l’ingénieur de Toulon et du Var (ISITV).

- Mai 2007 à février 2012 : ingénieur d’essais laboratoire, Nobel Plastiques SAS (Marne). Analyse des cahiers des charges constructeurs ; Etude de la faisabilité des essais (contact avec sous-traitants d'essais, modification de bancs d'essais existants, création de nouveaux bancs, rédaction de cahiers des charges pour commander de nouveaux bancs d'essais).

- Depuis février 2012 : responsable pôle validation, équipe de 10 personnes, laboratoire et métrologie, Bourbon AP.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Actuellement responsable de 2 équipes : métrologie et laboratoire, soit 10 personnes au sein de la direction technique de l'entreprise. Nous sommes un service support de l'équipe développement, lors de nouveaux projets, mais également, des usines de production pour suivre la vie du produit et ses éventuelles évolutions. J'ai en charge l'animation des ressources et moyens pour répondre aux cahiers des charges clients, aux objectifs de qualité et de délai des projets. En parallèle, nous devons entretenir et développer les accréditations que nous avons avec nos clients.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] cette formation [...] m'a apporté de bonnes bases [...] pour faciliter la poursuite de mes études en école d'ingénieur."

Parcours Physique-Chimie

Bourbon AP (Saint-Lupicin)
Responsable pôle validation
Richard C.

La licence de Physique m'a apporté de solides bases en physique générale, condition nécessaire pour la poursuite en master puis dans le monde de la recherche en sciences du climat. En particulier, les sciences atmosphériques et océaniques reposent sur les principes de la mécanique des fluides et de la thermodynamique, qui représentent une composante importante des enseignements dispensés par la licence de Physique. Mes connaissances générales dans les autres domaines ont également été utiles pour enseigner à l'université, avec la prise en charge de TD/TP en électronique, optique, métrologie, ...

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Suite à la licence obtenue en 2005, je suis parti à Toulouse suivre le master Sciences de l'atmosphère et océanographie de l'université Paul Sabatier. J'ai ensuite décroché une bourse de thèse ministérielle, thèse que j'ai réalisée au Centre National de Recherches Météorologiques (CNRM) basé sur le site de Météo-France à Toulouse. Après avoir rendu et soutenu ma thèse en octobre 2010, j'ai poursuivi mes recherches à Météo-France durant deux ans, tout en enseignant à l'université Paul Sabatier (contrat ATER). Finalement, j'ai obtenu un contrat post-doctoral à l'université de Californie Irvine, où je travaille depuis janvier 2013.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Mon emploi consiste à mener des recherches sur la variabilité du climat dans la région Arctique et Atlantique Nord. Avec mon équipe de recherche basée sur le campus de l'université de Californie Irvine, nous cherchons à comprendre l'impact des variations décennales océaniques et de la récente diminution de la glace de mer Arctique sur le climat de la région Nord-Atlantique-Europe.

Pour cela, nous utilisons des données d'observation (satellite, in-situ, reconstructions) ainsi que des modèles de simulation climatique pour tester nos hypothèses. Dans le cadre de mon travail, je suis amené à publier des articles dans des revues spécialisées, à présenter mes résultats lors de conférences internationales, et à encadrer des étudiants de master lors de leur stage en laboratoire.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] nous cherchons à comprendre l'impact des variations décennales océaniques et de la récente diminution de la glace de mer Arctique sur le climat de la région Nord-Atlantique-Europe. "

Parcours Physique-Chimie

University of California, Irvine (Irvine, California Etats-Unis)
Chercheur en sciences du climat
Yannick P.

La licence m'a apporté des connaissances générales théoriques en chimie dont je me sers au quotidien.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après l'obtention de ma licence en chimie générale en 2005, j'ai choisi de poursuivre en master 1ère année "Chimie et ingénierie "puis en master 2ème année "Analyses environnement et matériaux". Ces 2 années de master m'ont permis de réaliser 2 stages en entreprise au sein de TOTAL, d'une durée respective de 4 et 6 mois. A la fin de mon 2ème stage, j'ai saisi l'opportunité de poursuivre un doctorat avec TOTAL et l'UPPA (laboratoire LCABIE, IPREM), entre 2008 et 2011. A l'issue de la thèse, au cours de laquelle j'ai pu élargir mon réseau de contacts, j'ai pu intégrer le laboratoire Fluides et Géochimie Organique en tant qu'ingénieur laboratoire R&D, en 2012, avant de prendre le poste de responsable analytique depuis 2013.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

En tant que responsable analytique du laboratoire, j'ai en charge plusieurs missions : la gestion des analyses physico-chimiques, la gestion des dépenses et des investissements R&D, mais aussi la qualité et la sécurité.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" A l'issue de la thèse, au cours de laquelle j'ai pu élargir mon réseau de contacts, j'ai pu intégrer le laboratoire Fluides et Géochimie Organique en tant qu'ingénieur laboratoire R&D [...] "

Parcours Physique-Chimie

Total (Pau)
Responsable analytique
Coralie S.

La licence m'a permis d'acquérir les bases mathématiques théoriques nécessaires à la poursuite de mon cursus en mathématiques appliquées.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après la licence de mathématiques obtenue en juin 2003, j'ai poursuivi par une maîtrise de mathématiques puis un master 2 MAM (Mathématiques et applications des mathématiques) à l'UPPA. Suite à mon stage de master 2 effectué dans le domaine des mathématiques appliquées à la propagation des ondes, j'ai décidé de poursuivre dans cette thématique. J'ai bénéficié d'une bourse du Ministère de l'enseignement supérieur pour effectuer une thèse en mathématiques appliquées au LMAP (Laboratoire de mathématiques et de leurs applications) de l'UPPA dans l'équipe INRIA Magique3D, entre octobre 2005 et septembre 2008. La thèse a été une expérience enrichissante où l'on devient un chercheur à part entière.

J'ai aussi eu la chance, durant ces trois années, d'être monitrice de l'enseignement supérieur et donc d'enseigner les mathématiques au niveau licence à l'UFR sciences et techniques. Transmettre mes connaissances et essayer de faire apprécier les mathématiques est un challenge qui m'a beaucoup plu. J'ai soutenu ma thèse en novembre 2008 tout en étant ATER (attachée temporaire d'enseignement et de recherche) à l'UPPA. J'exerçais alors le métier de chercheur tout en continuant d'enseigner.

Entre septembre 2009 et août 2011, je suis partie deux ans en post-doc à Bilbao en Espagne dans un centre de recherche en mathématiques appliquées (le BCAM). Je me suis intéressée, à travers diverses collaborations, à différentes thématiques (analyse numérique, approximation des EDP,...). Ce fut une autre expérience enrichissante de travailler dans un centre multiculturel (les nombreux post-docs et étudiants en thèse venaient d'un peu partout à travers le monde). Mais cette expérience en tant que chercheur académique m'a confirmé que je préférais, soit devenir chercheur mais plutôt dans le domaine industriel où les recherches sont beaucoup plus appliquées, soit, si je restais dans le domaine académique, que je voulais garder la composante "enseignement" dans mon métier.

Pour suivre cette idée, entre septembre 2011 et août 2012, j'ai été de nouveau ATER à l'UPPA où j'ai effectué des enseignements à l'UFR sciences et techniques et à l'UFR de lettres. Mes recherches, toujours orientées dans le domaine de la propagation d'ondes se faisaient au sein de l'équipe INRIA Magique3D.

Depuis octobre 2012, je suis embauchée en tant que géonuméricienne chez Total au Centre scientifique et technique Jean Féger de Pau. J'ai vraiment trouvé l'équilibre que je recherchais dans mon métier entre recherches appliquées au domaine industriel dont je peux concrètement voir les retombées et transmission des connaissances, que ce soit lors des stages de formation aux utilisateurs ou lorsque nous accueillons dans l'équipe des stagiaires de fin d'étude (niveau M2 ou dernière année d'école d'ingénieur) et des étudiants en thèse.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis actuellement "géonuméricienne" au sein de l'entreprise Total S.A. En d'autres termes, je suis numéricienne dans le domaine des géosciences. Mon équipe est en charge du logiciel "maison" de Total d'aide à l'interprétation sismique et de visualisation 3D. Je participe donc à l'élaboration d'algorithmes innovants pour faire évoluer le logiciel et le doter de nouvelles fonctionnalités selon les demandes des utilisateurs (géologues, géophysiciens, foreurs,...) ainsi qu'à sa maintenance (correction de bugs, assistance aux utilisateurs, amélioration des fonctionnalités existantes,...) et à la formation des utilisateurs géologues et géophysiciens principalement. Il y a une forte composante R&D dans mon métier pour tout ce qui est développement de nouveaux algorithmes, mais aussi une composante plutôt "production", pour répondre aux urgences des utilisateurs, au jour le jour. J'ai aussi la chance d'interagir, que ce soit lors des formations ou dans mon rôle de support à l'utilisateur, avec des gens venant d'horizons très différents : géologues, géophysiciens, ingénieurs réservoirs, ce qui m'a permis d'apprendre beaucoup dans ces domaines. Dans le cadre de nos thématiques R&D, nous accueillons aussi quelques stagiaires (Bac+4, Bac+5) ou des étudiants en thèse que nous suivons au quotidien.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] J'ai vraiment trouvé l'équilibre que je recherchais dans mon métier entre recherches appliquées au domaine industriel [...] "

Parcours Mathématiques

Total S.A. (Pau)
Géonuméricienne
Anne-Gaelle S.

La licence m'a apporté les savoirs et diplômes nécessaires à la poursuite de mes études pour devenir prof de maths. L'option découverte professionnelle m'a permis de me rapprocher un peu plus concrètement du métier que je souhaitais faire.

Le qualité de l'enseignement, les professeurs très abordables et le fait de ne pas être beaucoup d'étudiants m'ont permis de faire des études dans d'excellentes conditions.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

- 2002-2003 : licence de maths à l'UPPA.
- 2003-2004 : maîtrise de maths à l'UPPA.
- 2004-2005 : préparation au CAPES de maths à l'UPPA : échec à l'écrit à 0.5 points près.
- 2005-2006 : préparation au CAPES de maths à l'UPPA : obtention du concours !
- 2006-2007 : stage au lycée Charles Despiau à Mont-de-Marsan, 1 classe de seconde et formation IUFM puis titularisation.
- 2007-2008 : TZR (titulaire sur zone de remplacement) des Yvelines, remplacement à l'année 18h au lycée Louis de Broglie à Marly-le-Roi, 2 classes de seconde, 1 en 1ère ES et 1 en terminale STG.
- 2008-2009 : TZR zone de remplacement des Yvelines, BMP 18h au lycée Le Corbusier à Poissy, 2 classes de seconde, 1 en 1ère STG et 1 en BTS CGO 1ère année.
- 2009 à 2015 : poste fixe collège La Prairie à Meymac (Corrèze).

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis professeur certifiée de mathématiques, j'interviens en collège et en lycée jusqu'au BTS (j'ai fait 3 ans en lycée et c'est ma 6ème année en collège). Le but est d'enseigner les savoirs et savoir-faire en mathématiques, l'utilisation des nouvelles technologies dans les apprentissages mais aussi la vie en communauté, la réflexion et l'esprit critique, toujours en lien avec les mathématiques.

La possibilité d'animer des clubs en dehors des heures de cours comme la belote, avec un concours interne à l'établissement en fin d'année, avec participation éventuelle des personnels encadrants, permet de créer un lien autre avec les élèves et de les voir sous un autre jour que celui montré en classe. La participation à des concours de maths permet aussi de remotiver certains élèves et de les valoriser même si leurs résultats en classe ne sont pas très bons : ils ne sont pas "nuls" comme ils disent et peuvent réussir !

C'est très intéressant même si c'est parfois un peu difficile d'être face à des adolescents pas toujours enclins à travailler ou qui n'aiment pas les maths mais c'est aussi un challenge pour les faire changer d'avis.
Et puis lorsqu'on obtient de la reconnaissance ou qu'on voit qu'on les a aidés à évoluer pour leur avenir et la construction de leur vie citoyenne, le but est atteint !

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] j'interviens en collège et en lycée jusqu'au BTS [...] "

Parcours Mathématiques

Collège La Prairie (Meymac)
Professeur certifiée de mathématiques
Amandine M.

J'ai obtenu une licence de mathématiques à l'UPPA en 2000. Je souhaitais initialement me diriger vers le professorat des écoles et j'avais choisi de poursuivre mes études supérieures en mathématiques par attrait pour cette discipline (et parce que je n'avais pas de difficulté en maths !). A travers les 3 années de licence, j'ai appris à me sentir de plus en plus à l'aise avec les mathématiques, j'ai renforcé mes connaissances "de base" en mathématiques et j'ai également appris l'autonomie.

Ces trois aspects combinés m'ont tout d'abord permis de réussir une maîtrise de mathématiques puis un DEA (master recherche) en mathématiques appliquées. Ils m'ont également apporté un socle de connaissances nécessaire pour réaliser une thèse dans de bonnes conditions ainsi que l'autonomie qui est essentielle à ce stade. Avec le recul, les cours que j'ai suivis en licence (en particulier sur les 2 premières années du cursus) et qui m'avaient parfois paru inutiles ou ennuyeux étaient nécessaires à ma formation et ont contribué significativement à ma réussite professionnelle.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Suite à l'obtention d'une licence de mathématiques à l'UPPA en 2000, j'ai poursuivi mes études en maîtrise de mathématiques, toujours à l'UPPA. Il s'agissait en fait d'une maîtrise de mathématiques appliquées et j'ai beaucoup aimé ce que j'ai découvert cette année-là : une palette d'outils et de méthodes pour l'application des mathématiques (essentiellement à la physique à ce stade-là).

Mes bons résultats en maîtrise m'ont permis d'être accepté en master recherche (qui s'appelait encore DEA en 2001) à l'UPPA. J'ai alors découvert qu'on pouvait utiliser les mathématiques en biologie et ça a décidé la suite de mon parcours : alors que je n'étais pas certain de vouloir poursuivre mes études supérieures, que j'ignorais totalement en quoi consistait une thèse (j'avais été porté jusqu'en master par mon intérêt pour les mathématiques, uniquement), j'ai décidé de faire le maximum pour obtenir une allocation de thèse. Ma thèse au Laboratoire de mathématiques appliquées de Pau a débuté en 2002 et a duré 3 ans. Ce fut une satisfaction totale : à la fois formation professionnelle et poursuite d'études, je me suis senti très à l'aise (même si je n'étais que débutant !) dans la réalisation d'une thèse, mêlant recherche et enseignement.

A la fin de ma thèse, j'ai occupé pendant un an un poste d'ATER à l'UPPA, qui m'a permis de compléter mon CV et mon expérience de chercheur et d'enseignant, afin de préparer au mieux les candidatures aux postes de chercheurs et d’enseignants-chercheurs. J'ai ensuite été chanceux en étant recruté au CNRS lors de ma première candidature. J'ai obtenu un poste de chargé de recherches (stagiaire pendant la première année, puis titulaire de la fonction publique) au printemps 2006, sur un profil en biomathématiques. J'occupe toujours ce poste en 2014.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis chargé de recherches au CNRS, depuis octobre 2006, affecté au laboratoire de mathématiques de l'Université Lyon 1, l'Institut Camille Jordan. Ma principale activité est un travail de recherche académique : je suis biomathématicien, je m'intéresse à la modélisation et à l'étude mathématique de processus biologiques. En collaboration étroite avec des collègues biologistes, et, parfois, avec des industriels, j'étudie notamment les mécanismes permettant la production des cellules du sang et du système immunitaire, dans des situations normales (production quotidienne), pathologiques (cancers), ou bien pour aider au développement de vaccins, en comprenant mieux les rôles des différents mécanismes de régulation mis en jeu lors de ces processus.

En plus d'une activité de recherche réalisée en équipe, j'encadre des étudiants, pour des stages ou des thèses, afin de les former à la recherche. Je coordonne aussi des projets de recherche, impliquant plusieurs partenaires, financés par des organismes de recherche (nationaux ou internationaux). J'ai également la possibilité d'enseigner à l'université : ce n'est pas une obligation mais mon poste me permet d'effectuer quelques heures d'enseignement chaque année.
Enfin, une mission non négligeable de mon activité concerne la communication de mes travaux auprès de spécialistes, lors de conférences internationales (généralement à l'étranger), mais aussi auprès d'un public plus large, lors de conférences grand public ou de la rédaction d'articles de vulgarisation.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] je suis biomathématicien, je m'intéresse à la modélisation et à l'étude mathématique de processus biologiques. "

Parcours Mathématiques

CNRS (Villeurbanne)
Chargé de recherches
Fabien C.

La licence m'a apporté une bonne base de connaissances en programmation informatique, une bonne méthode d'analyse et une capacité d'adaptation aux différentes situations, ces qualités développées étant toujours nécessaires dans mon travail actuel.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Suite à la licence MASS (Mathématiques appliquées aux sciences sociales, j'ai poursuivi mon parcours à l'UPPA avec une maîtrise MASS puis un master IMOI (Ingénierie Mmathématique et outils informatiques). J'ai ensuite intégré une SSII à Ivry-sur-Seine nommée NSIS avec une formation de développeur COBOL de 6 semaines pour maîtriser cette technologie. Cette formation m'a permis d'intégrer une seconde SSII nommée Airial Conseil basée à La Défense. Je suis resté 4 ans dans cette société avec des clients divers comme la CNAM, AG2R, FranceAgrimer et le MAAF. J'ai d'abord été développeur pendant 2 ans puis analyste pendant 2 ans en faisant également un peu de gestion de projet.

Ma mission au ministère s'étant particulièrement bien passée, le ministère m'a proposé un contrat que j'ai accepté. Depuis 2011, je suis contractuel pour le ministère où j'ai travaillé 4 ans comme chef de projet maîtrise sur le Système d'information des ressources humaines (SIRH), 2 ans en tant que maîtrise d’œuvre, puis deux ans en tant que maîtrise d'ouvrage. Et, depuis début octobre, suite à une mutation je suis en poste à Toulouse et en passe de signer un CDI.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Aujourd'hui, je suis au Ministère de l'Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (MAAF) suite à la mutation que j'ai obtenue. J'ai intégré la SDSI (Sous-direction des systèmes d'informations) au Bureau méthodes solutions et qualités (BMSQ) en tant que chef de projet informatique. Ce bureau est un bureau dit "transverse" de la SDSI en charge de l'outillage, des méthodes, des processus, permettant aux départements d'ingénieries de la SDSI de pouvoir normaliser et industrialiser leurs travaux à destination des différentes maîtrises d'ouvrages du MAAF. Je suis, depuis début octobre, le chef de projet en charge des nouvelles évolutions à mener sur le framework spécifique de développement mis à disposition des équipes d'ingénieries du MAAF pour développer des applications web. Actuellement, nos travaux portent sur les applications web fonctionnant en mode déconnecté.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" La licence m'a apporté une bonne base de connaissances en programmation informatique, une bonne méthode d'analyse et une capacité d'adaptation aux différentes situations [...] "

Parcours MASS

Ministère de l'Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (Toulouse)
Chef de projet informatique
Damien L.

La formation pluridisciplinaire (informatique et statistique) proposée par la licence MASS m'a été bien utile. En effet, l'interrogation des bases de données via la programmation en SQL est une partie importante de mon travail.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après la licence MASS (Mathématiques appliquées aux sciences sociales), j'ai poursuivi mon cursus au sein de l'UPPA avec la maîtrise MASS puis le DESS Ingénierie mathématiques et outils informatiques obtenu en 2001. Mon stage de fin d'études effectué dans le cadre du DESS a débouché sur un contrat de 12 mois en tant que programmeur informatique au sein de la société Atofina (filiale de Total). Après une courte période de chômage, un CDD de 6 mois m'a été proposé à la CPAM de Gironde avant d'être embauché définitivement en octobre 2003 dans le même organisme.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je travaille depuis 10 ans en tant que chargé d'études statistiques au sein de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de la Gironde. Une grande partie de mon travail consiste en l'analyse des données du système informationnel de l'assurance maladie : une base de données riche contenant l'ensemble des remboursements des prestations (soins de médecins, infirmiers, kinés, dentistes, pharmacie, transports, arrêts de travail, hospitalisations...). L'analyse des dépenses de santé ainsi que des études sur l'offre et la demande de soins représentent aussi une partie non négligeable de mon activité. Pour finir, le système informationnel nous permet de mener de plus en plus d'actions de lutte contre la fraude.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" Une grande partie de mon travail consiste en l'analyse des données du système informationnel de l'assurance maladie [...] "

Parcours MASS

Caisse Primaire d'Assurance Maladie (Bordeaux)
Chargé de statistiques
François C.

La licence m’a permis, grâce à la partie sciences de l’éducation, d’avoir des bases lors de mes concours. J’avais, de plus, effectué un stage lors de ma licence qui a été une base pour ma motivation et la certitude de prendre la bonne voie. Et c’était le cas. Je n’aurais pas pu faire un autre métier. Pour conclure, si je n’ai que des mauvais souvenirs du lycée, mes années universitaires ne m’ont laissé que des bons souvenirs. C’était la filière faite pour moi.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après ma licence MASS (Mathématiques appliquées et sciences sociales), j’ai obtenu directement mon concours d’entrée en première année d’IUFM, puis celui en deuxième année. Et depuis 17 ans, je suis enseignante.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Mes missions sont celles d’enseigner, non seulement des connaissances de bases au niveau des mathématiques, du français et de la connaissance du monde, mais aussi d’aider l’enfant au niveau de sa socialisation (il doit apprendre à vivre en société).

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] mes années universitaires ne m’ont laissé que des bons souvenirs. [...] "

Parcours MASS

Ecole maternelle (Anglet)
Professeur des écoles
Anne B.

Cette licence a éveillé ma curiosité pour le monde littéraire. C'est grâce à certains enseignants de cette licence que je me suis passionnée pour la vie des auteurs, les contextes socio-historiques, les parcours des livres, les sentiments qu'ils font parfois naître, les foules qu'ils peuvent déchaîner...

J'ai dès lors voulu travailler en étroite collaboration avec des auteurs. Le parcours Métiers du livre s'est donc par la suite naturellement présenté. Même si la voie n'était pas directe, c'est par le biais de cette licence que je travaille aujourd'hui dans le monde de l'édition.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Suite à la licence de lettres modernes que j'ai suivie à l'UPPA, je me suis inscrite au master 1 recherche poétiques et histoire littéraire (année 2004/2005). Je n'ai pas voulu poursuivre en master 2 recherche, je me suis donc ensuite inscrite pour la préparation aux CAPES de lettres modernes (année 2005/2006). Je n'ai pas eu les écrits. Je me suis inscrite l'année d'après au CNED afin de retenter le concours. J'étais assistante d'éducation dans un collège en parallèle (année 2006/2007).

Je n'ai finalement pas repassé les épreuves du concours et j'ai préféré préparer des dossiers d'inscription pour le master 2 professionnel Métiers du livre et de l'édition. Pour cela, j'ai dû faire un premier stage dans le milieu de l'édition. J'ai envoyé beaucoup de candidatures spontanées et j'ai été retenue dans la maison d'édition Pleine Page à Bordeaux.
Parmi plusieurs dossiers déposés, j'ai été prise pour le master 2 Métiers du livre à Brest pour l'année 2007/2008. J'ai obtenu mon master 2 en 2008 mais je n'ai pas trouvé d'emploi dans le secteur de l'édition immédiatement, j'ai donc fait des remplacements en tant que professeur de français jusqu'en janvier 2010, date à laquelle j'ai été recrutée en tant qu'assistante d'édition aux Presses Universitaires de Bordeaux. Il s'agissait du lieu où j'avais effectué mon stage de master 2. J'occupe actuellement toujours ce poste.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

- Chargée du planning de fabrication
- Lectrice/correctrice des ouvrages en étroite collaboration avec l’auteur (préparation de copie)
- Chargée du suivi de fabrication (du manuscrit jusqu’au bon à tirer)
- Rédactrice des quatrièmes de couverture et des argumentaires de vente
- Responsable d’une revue trimestrielle de géographie Les Cahiers d’Outre-Mer (préparation de copie, mise en page, choix de l’illustration de couverture, choix de l’imprimeur, suivi de fabrication, gestion du budget)
- Responsable du site internet e-commerce
- Community management : Facebook, Twitter
- Créatrice et rédactrice de la newsletter (dreamweaver)
- Chargée de la mise en ligne des ouvrages sur différents sites (Internet et Intranet)
- Chargée d’organisation d’événements (salons, colloques...).

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" Cette licence a éveillé ma curiosité pour le monde littéraire. "

Parcours Lettres

Université Bordeaux Montaigne (Pessac)
Assistant d'édition
Annelise P.

La licence (et au-delà le master lettres modernes) m'a permis d'acquérir un certain nombre de compétences que j'ai réussi à mettre en avant, notamment lors de mes entretiens pour l'alternance !

Les principaux atouts qui sont appréciés par les employeurs : bon rédactionnel (ce n'est plus si courant de faire peu ou pas de fautes d'orthographe...), capacités d'analyse et de synthèse, créativité. Ces compétences j'ai pu les développer grâce aux dossiers à rendre notamment, qui nécessitaient de faire en amont des recherches, des lectures, d'en tirer l'essentiel et de parvenir à en produire une synthèse. En licence, nous sommes également amenés à produire des analyses, à proposer des hypothèses... Ce sont des choses qui se retrouvent en entreprise où on nous demande d'être force de proposition, d'amélioration...

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

- 2005 à 2007 : master 2 Lettres modernes à l’UPPA

- 2007-2008 : une année de préparation à l'Agrégation de Lettres modernes à Paris-Sorbonne
Refonte de mon projet professionnel et réorientation (mon projet initial était d'enseigner en université ou en classe préparatoire ce qui signifiait obtenir l'Agrégation et valider un doctorat - je ne me voyais pas entrer dans la vie professionnelle à 30 ans...)

- 2009 : licence pro RH en alternance ISEFAC Paris - je travaillais en tant que chargée de recrutement au sein d'une agence de travail temporaire spécialisée dans les métiers de l'industrie. Je gérais les commandes/recrutements de A à Z ainsi qu'une partie de l'administration du personnel (contrats,DUE…) et de la paie.

- 2010-2011 : master 2 Responsable développement en RH IGS Paris - j'ai intégré la Lyonnaise des Eaux en alternance en tant qu'assistante RH, sur des missions similaires à celles occupées aujourd'hui (les responsabilités en moins car j'étais en support de la responsable Ressources Humaines). A l'issue de mon contrat, j'ai signé un CDI sur le même poste le 1er janvier 2012.

- En mai 2013, j'ai saisi une opportunité pour prendre un poste de responsable développement en Ressources Humaines à Béziers, toujours dans la même société, poste que j'occupe actuellement.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

En tant que responsable développement des ressources humaines, j'occupe actuellement un poste polyvalent et aux missions diversifiées. J'interviens sur un périmètre de 14 départements, auprès d'environ 300 salariés travaillant dans les métiers de l'eau et de l'assainissement.

Mes principales missions sont les suivantes :

- Recrutement : CDD, CDI, alternance. Gestion du processus de A à Z, soit de l'élaboration de l'annonce à la proposition salariale d'embauche, en passant par le sourcing et les entretiens de recrutement.

- Gestion des carrières des collaborateurs : je reçois les salariés en entretien de carrière, nous construisons ensemble un parcours de formation et/ou d'évolution professionnelle. Ce volet comprend également la gestion des mobilités internes, l'attribution des promotions, des augmentations individuelles, des primes de performance...

- Relations avec les instances représentatives du personnel : élaboration de dossiers de fond pour les présentations RH en comité d'établissement, en réunion de délégués du personnel... S'ajoutent à cela l'organisation des élections professionnelles, l'animation de commissions (ex : commissions formation, égalité hommes/femmes...)

- Formation professionnelle : chaque entreprise de plus de 250 salariés a l'obligation de consacrer un certain budget à un plan de formation annuel pour ses salariés. Je travaille, en lien avec les managers, pour constituer un plan de formation répondant aux orientations de l'entreprise, aux souhaits des salariés et ce en respectant un budget défini.

- Disciplinaire : gestion au cas par cas des situations difficiles - du simple courrier de mise en garde au licenciement ou à la rupture conventionnelle.

- RSE (Responsabilité sociale de l'entreprise) : j’appartiens à une entreprise très impliquée dans l'insertion et l'ancrage territorial et je participe donc à de nombreuses actions en ce sens : parrainage de demandeurs d'emploi, partenariat avec Pôle Emploi, les Missions locales ou d'autres acteurs locaux de l'insertion pour signer des contrats aidés, impliquer les salariés... Je m'occupe également de la DOETH (Déclaration annuelle d'emploi des travailleurs handicapés).

- En fond : je participe à de nombreux projets sur du plus long terme et qui visent à modifier/améliorer nos processus de travail.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" J'interviens sur un périmètre de 14 départements, auprès d'environ 300 salariés travaillant dans les métiers de l'eau et de l'assainissement. "

Parcours Lettres

Lyonnaise des Eaux (Béziers)
Responsable Développement des Ressources Humaines
Emilie L.

J'ai passé un baccalauréat scientifique spécialité maths et j’avais besoin d'élargir mon champ de compétences aux disciplines linguistiques et sociales, afin d'avoir un profil pluridisciplinaire adapté à l'enseignement primaire et d'optimiser mes chances de réussite au CRPE. Le choix du FLE s'est fait dans l'optique de pouvoir enseigner le français à l'étranger. Cette formation m'a permis de prendre du recul par rapport à l'enseignement du français (notamment grâce au stage de langue inconnue inclus dans la formation), elle a aussi conforté mon choix de me diriger vers des établissements français à l’étranger. J'aurais poursuivi le FLE jusqu'en maîtrise si je n'avais pas été admise au concours de professeur des écoles la première année car ce module de licence m'a énormément intéressée.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

- 2002 : Obtention de la licence mention FLE.

- 2002-2003 : Admission à l'IUFM Bordeaux Caudéran, préparation au CRPE (concours de recrutement de professeurs des écoles), différents stages en école primaire en Aquitaine.

- 2003-2004 : Admise au CRPE, année de formation à l'IUFM de Pau (stages en écoles primaires dans les Pyrénées-Atlantiques et au lycée français de Bilbao), professeur des écoles stagiaire.

- 2004 : Titularisation en tant que professeur des écoles classe normale - Habilitation à l'enseignement de l'espagnol.

- 2004 à 2007 : Enseignement sur des postes fractionnés (Orthez-Mauléon-Baigts-Sault de Navailles).

- 2007 : Habilitation à l'enseignement de l'anglais.

- 2007 à 2011 : Enseignante à l'école primaire de Salies de Béarn CM1-CM2.

- 2007 : Formation Ecole et Cinéma.

- 2009 : Formation General English-British Study Center, Londres (Angleterre) obtenue grâce à un dossier de bourse de formation du programme européen Comenius.

- 2010 : Formation Langue et Méthodologie, Institute for applied language and studies, Edinburgh (Ecosse) obtenue par la création d'un dossier de formation auprès de l'Education Nationale.

- 2011 : Formation à l'enseignement du ski scolaire.

- 2011-2012 : Enseignante en détachement à L'Ecole Franco-Américaine de Chicago. Poste obtenu en contactant directement les établissements français à l'étranger. Etudes d'ESL au Truman College, Programme du gouvernement américain pour l’intégration des étrangers aux USA.

- 2012-2014 : Enseignante en détachement au Lycée Français de Chicago. Formation sur l'utilisation des tablettes en milieu scolaire.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis actuellement en détachement de l'Education Nationale à l’étranger. Je suis en charge de l'enseignement du programme français de l'Education Nationale pour une classe de CM2 à Chicago, aux États-Unis. Dans le cadre de mon travail, je suis amenée à prendre en charge des élèves issus de familles non francophones, je travaille avec eux l'apprentissage de la langue française, en l'utilisant comme support aux apprentissages académiques des programmes de l'Education Nationale.

Je me sers de mes compétences en Français Langue Etrangère afin de permettre aux élèves d’utiliser la langue française au quotidien et d'acquérir à la fois les compétences écrites et orales en langue française et les connaissances en mathématiques, littérature, sciences, histoire et géographie. Je participe aussi, de par mon poste, au développement de la langue et de la culture française aux États-Unis, en proposant aux élèves et aux familles un apport basé sur ma culture natale.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" J'aurais poursuivi le FLE jusqu'en maîtrise si je n'avais pas été admise au concours de professeur des écoles la première année [...] "

Parcours Lettres

Lycée Français de Chicago (Chicago –Illinois Etats-Unis)
Professeur des écoles
Estelle H.

1) Polyvalence des disciplines (langues, sciences, histoire, français, informatique). La diversité de ces disciplines rendait les études attrayantes et motivantes. J'avais une formation scientifique mais j’avais toujours gardé 3 langues jusqu'au bac. Cette licence est parfaite pour un profil ni trop littéraire, ni trop scientifique. Ces disciplines m'ont permis d'acquérir des connaissances variées qui sont indispensables au travail de professeur d'école polyvalent.

2) Niveau de langues suffisant pour enseigner à l'école ou au collège. Très utile dans la vie personnelle pour voyager.

3) Formation importante aux TIC réinvestie dans mon métier : j'ai fait partie des premiers étudiants à avoir une formation obligatoire aux TIC. On apprenait avec le DOS ! Merci pour cette chance qui m'a permis d'être aujourd'hui performante dans mon métier où l'utilisation des ordinateurs est incontournable.

4) Méthodes de travail liées à la traduction et à l'interprétariat (étude du vocabulaire et de la langue; précision des mots, des phrases; organisation du travail, ...), très utiles au passage de concours d'enseignement.
Travail de rédaction de mémoire et de dossier avec analyse de la presse, suivi de l'actualité économique et scientifique des deux pays (Espagne et Grande-Bretagne) : apport de méthode de travail sur la rédaction très utile car tout examen dans l'Education nationale est objet d'une rédaction de mémoire. Enorme enrichissement culturel personnel qui perdure dans ma vie de tous les jours.

5) Le séjour obligatoire à l'étranger qui donne du sens aux apprentissages; notion très importante dans l'enseignement. J'organise chaque année un séjour avec mes élèves depuis que j'enseigne. De plus, cela m'a apporté un enrichissement personnel qui perdure encore avec de nombreux voyages à mon actif dans l'esprit de ce séjour (ouverture à la culture, aux rencontres).

Conclusion : avant d'entrer en LEA, j'étais en échec en fac de sciences. L'arrivée dans cette formation riche, variée et intéressante m'a redonné l'envie et le plaisir d'apprendre. J'ai acquis de bonnes méthodes de travail nécessaires au métier d'enseignant et un enrichissement culturel personnel important.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

A la fin de ma licence, les professeurs m'ont conseillé de continuer en maîtrise mais j'étais reçue à l’IUFM pour préparer le concours de professeur des écoles. J’ai donc choisi d'entrer dans la vie professionnelle.

- 1995 : obtention du diplôme de professeur des écoles.
- 1996 à 1998 : enseignement en école élémentaire à Pau.
- 1998 à 2004 : enseignement en SEGPA (adolescent en difficultés) avec, en 2000, obtention du diplôme CAPSAIS option adolescents en difficulté et stage d'été en Angleterre financé par l'Education nationale à Pau.
- 2004 à 2006 : poste administratif à l'Inspection académique sur le suivi de la scolarisation des enfants handicapés à Pau.
- 2006 à 2014 : professeur en ULIS (handicap moteur) et obtention du diplôme CAPASH option handicap moteur et dyspraxie à Morlaàs.

Parallèlement à ma licence, j'ai fait une formation BAFA et BAFD avec les Francas de Pau. J'étais animatrice en centre de loisirs et de vacances chaque été. Puis, j'étais formatrice BAFA durant mes premières années d'enseignement.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis professeur des écoles spécialisée en poste en ULIS, dispositif en collège accueillant des adolescents ayant des troubles moteurs et dyspraxiques.

J'assure des missions de coordination entre les différents adultes autour de ces jeunes (écriture de projets individuel et collectif, gestion des emplois du temps; adaptation des supports et cours; communication...). J'assure des missions d'enseignement adapté de tous niveaux (primaire et collège).

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" L'arrivée dans cette formation riche, variée et intéressante m'a redonné l'envie et le plaisir d'apprendre. "

Parcours LEA

Collège de Morlaàs (Morlaàs)
Professeur des écoles spécialisée
Valérie D.

La licence m'a surtout permis d'acquérir des bases solides dans mes langues de travail, à savoir l'anglais et l'espagnol. J'ai également pu apprendre à mieux connaître les différentes cultures des pays dans lesquels mes langues de travail sont parlées. Les enseignements, en lien avec la traduction, m'ont été très utiles et m'ont permis d'acquérir de bons mécanismes. La personnalité et l'enthousiasme de certains professeurs ont été très motivants. Le master que j'ai suivi ensuite, m'a permis de consolider ces connaissances et de les mettre davantage en pratique dans un contexte plus professionnel.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après la licence, j'ai poursuivi mon cursus à Pau avec un master traduction et documentation scientifiques et techniques. A l'issue du master, j'ai fait un stage de quatre mois, suivi d'un CDD de trois mois, dans un cabinet de traduction à Talence (33). Ce stage m'a permis de découvrir réellement le métier et les conditions de traducteur salarié. Puis, dès le mois suivant, j'ai été embauchée dans un cabinet de traduction à Bordeaux. J'ai occupé ce poste pendant cinq ans. Ma situation personnelle m'a amenée à démissionner en janvier 2013. Après quelques mois de réflexion, je me suis finalement mise à mon compte en septembre 2013.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

En tant que traductrice indépendante, je gère moi-même tous les aspects de mon métier.

Tout d'abord, je dois démarcher les clients (agences de traduction et clients directs) de différentes manières : envoi de mails, sites dédiés aux professionnels de la traduction, réseaux sociaux, bouche-à-oreille... Cette étape requiert motivation et patience. Elle implique la mise en place d'outils de communication : site internet, cartes de visite, brochure...

Une fois les résultats de prospection obtenus, je peux m'adonner à l'aspect le plus intéressant du métier : la traduction et la relecture de documents techniques dans divers domaines. Ce travail inclut notamment les recherches terminologiques, l'élaboration de glossaires et l'alimentation d'outils d'aide à la traduction (mémoires de traduction et bases terminologiques).

En parallèle, je dois réaliser toutes les tâches administratives, dont l'établissement de devis, la facturation, la comptabilité et toutes les obligations liées à mon statut d'indépendante.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" La personnalité et l'enthousiasme de certains professeurs ont été très motivants. Le master que j'ai suivi ensuite, m'a permis de consolider ces connaissances [...] "

Parcours LEA

Sandra Bernadotte (Anglet)
Traductrice indépendante
Sandra D.

La licence LEA m’a permis de m’orienter vers les métiers de la communication et du marketing, l’anglais étant indispensable et une deuxième langue un plus dans le cadre de la recherche d’emploi.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

- Maîtrise LEA.
- Dess Euromedia à Dijon.
- Mastère Marketing et communication à ESC Toulouse.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

J’ai changé d’emploi depuis 4 mois pour occuper le poste de Channel marketing manager chez HTC. Avant, je travaillais comme analyste du marché télécom à GFK. Mes principales missions concernent désormais le marketing opérationnel qui a une dimension plus créative : je gère la ligne éditoriale et la stratégie de notre site Internet de formation sur nos smartphones qui est dédié aux vendeurs dans la téléphonie mobile. Mon autre mission principale, dans le cadre de lancement de nos produits sur le marché, est de faire le déploiement et le suivi des solutions de merchandising, PLV dans les magasins des distributeurs et des opérateurs ainsi que de valider le plan de communication sur leur site web afin de maximiser la visibilité du produit en fonction du budget alloué. Je collabore avec l’équipe marketing pour déterminer et exécuter les plans marketing et de communication en fil rouge des lancements de produit.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" La licence LEA m’a permis de m’orienter vers les métiers de la communication et du marketing, l’anglais étant indispensable et une deuxième langue un plus dans le cadre de la recherche d’emploi. "

Parcours LEA

HTC
Channel marketing manager
Vanessa B.

La licence m’a, dans un premier temps, permis de continuer mes études en master puis doctorat. Ce sont ces diplômes qui m’ont ensuite permis d’être recruté en tant qu’ingénieur d’étude et développement.

D’un point de vue pratique, c’est pendant la licence que j’ai appris les bases techniques qui me servent encore le plus régulièrement au quotidien. Il s’agit, notamment, de la programmation objet d’une manière générale et du langage java, plus particulièrement. Les modules de visualisation suivis me permettent de bien appréhender les librairies 3D embarquées dans les applications de nos clients.

D’un point de vue plus théorique, les connaissances en modélisation UML sont notamment mises en application pour la conception et l’architecture des applications. Aussi, lorsque l’on conçoit les architectures, il faut garder à l’esprit les notions de réutilisation, maintenance de l’application, notions d’architecture logicielle toutes abordées durant la licence. De même, les aspects de performance (complexité, etc.) sont à garder à l’esprit lors de la mise en place d’algorithmes de traitement complexes.

Enfin, les connaissances systèmes sont parfois nécessaires à la mise en place des environnements de travail (installation et configuration système, installation réseau).

Ce sont en fait tous les domaines abordés pendant le cursus de licence qui m’ont été utiles à un moment donné de mon parcours professionnel.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après la licence, j’ai naturellement poursuivi mes études en maîtrise informatique, toujours au seinde l’UPPA. A la fin de cette année universitaire, j’ai effectué un stage de 4 mois non obligatoire à l’IFP Pau (Institut Français du Pétrole), pour lequel l’objectif était la réalisation d’une bibliothèque d’accès aux fichiers sismiques volumineux en C, ainsi qu’une interface graphique en Java Swing.

Pour terminer mon cycle universitaire, le master n’existant pas à l’époque à l’UPPA, j’ai suivi le master informatique à l’Université de Bordeaux 1. Je me suis alors spécialisé dans l’informatique graphique, en suivant les options multimédia de cette formation. C’est également à cette période que j’ai décidé d’effectuer un doctorat, en effectuant un stage de recherche plutôt qu’un stage en entreprise.

Suite à ce master recherche, j’ai entamé en 2004 un doctorat sur le thème de la visualisation 3D dans l’équipe visualisation du laboratoire informatique de l’UPPA, sous la direction successive de Mr.Wilfrid Lefer et M. Congduc Pham et sous la co-direction de M. Bruno Jobard. La thématique principale était l’utilisation d’une texture volumique utilisée pour la préservation de détails sur des maillages simplifiés.

C’est en 2008, à la fin de ce doctorat, que j’ai intégré la société TECH’Advantage (filiale IFP), en tant qu’ingénieur d’étude et développement d’abord, puis architecte logiciel, pour travailler sur les projets informatiques de nos clients, dans le domaine des géosciences.

Lors de mon parcours professionnel au sein de cette société, j’ai essentiellement réalisé du développement Java et Java Swing, sur plateforme Eclipse mais également du développement 3D (librairie OpenInventor, CGAL). Cependant, les projets de nos clients, de par leur taille, impliquent de manipuler diverses technologies (C#, eclipse RCP, Corba, base de données, modélisation UML, maven, tests etc).

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Actuellement, l’intitulé de mon poste est architecte logiciel. Je suis responsable des aspects techniques de la réalisation d’un projet, les discussions commerciales étant à la charge du chef de projet. Je suis donc en charge des différentes étapes suivantes au cours du cycle de vie du projet :

- estimation de la charge de travail nécessaire à la réalisation d’un projet, afin de proposer au client un chiffrage le plus juste possible pour aboutir au produit souhaité. Il faut donc bien cerner les besoins du client et s’assurer que les solutions proposées vont le satisfaire ;

- maquettage précis des différentes interfaces qui composent le produit. Le client a une image précise du produit final, et peut proposer des modifications sur la dynamique et l’aspect du produit que nous allons réaliser ;

- conception de l’application à réaliser, c'est-à-dire l’architecture logicielle à mettre en place pour créer le produit ou intégrer les demandes de modifications dans un logiciel existant. C’est dans cette phase que sont conçus les modèles UML et que les spécifications techniques sont mises au point ;

- développement de l’application : codage Java, livraisons intermédiaires ;

- mise en place des tests unitaires et de la documentation ;

- maintenance : correction des bugs détectés par le client après la livraison.

Au cours de toutes ces phases du développement, je suis responsable technique du projet, c'est-à-dire que je dois répartir les tâches entre les différents développeurs, m’assurer que les délais seront respectés, présenter des démos intermédiaires, participer à l’arbitrage avec le client des demandes d’évolution qui arrivent en cours de projet, etc. Au final, mon temps est partagé environ en 60 pour cent de codage et 40 pour cent de suivi de projet.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] mon temps est partagé environ en 60% de codage et 40% de suivi de projet. "

Parcours Informatique

TECH’Advantage (Pau)
Architecte logiciel
Julien L.

Comme expliqué précédemment, j’ai eu un parcours un peu éclectique mais je ne regrette pas du tout. Au contraire ! La faculté m’a permis d’avoir le choix, après la licence, de poursuivre les études ou de partir sur le marché de l’emploi. De plus, les prépas d’écoles d’ingénieurs sont très stressantes avec un esprit très compétitif. Je trouve que la faculté permet d’avoir un bon compromis, de continuer à apprendre tout en sortant du cadre très scolaire. La licence m’a permis de découvrir et d’apprécier les métiers de l’informatique et m’a donné l’envie de me spécialiser dans le métier génie logiciel.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Avant tout, à la sortie du bac S, j’ai postulé pour des écoles d’ingénieurs comme l’INSA. Mais, malheureusement, je n’ai pas été reçu. Faute de quoi, ne sachant pas quoi faire, j’ai intégré la faculté des sciences de l’UPPA. Je voulais devenir professeur de mathématiques mais j’ai vite compris que les mathématiques au second cycle étaient trop compliquées pour moi, je m’orientais donc vers l’informatique en 2ème année puis en licence d’informatique.

J’ai appris que, suite à la licence et à la maîtrise d’informatique, je pouvais postuler pour une école d’ingénieur si je sortais « major » de la maîtrise. J’ai donc «cravaché » en maîtrise pour y arriver. Un « petit coup de pouce » d’un enseignant m’a permis d’intégrer l’école ENSEIRB de Bordeaux en 2ème année. J’ai eu mon diplôme d’ingénieur en suivant. J’ai eu la chance de sortir de l’école dans les années « boom » de l’informatique et j’ai donc envoyé peu de CV !

J’ai été embauchée dans un grand groupe pendant 3 ans en tant que concepteur de logiciels puis, petit à petit, l’expérience aidant, j'ai changé de société et évolué vers les métiers plus d’expert et maintenant de chef de projet.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Ma principale mission consiste en la mise en place de systèmes informatiques pour faciliter le travail collaboratif des différents personnels de Turboméca. En relation permanente avec des collègues d’autres directions de ma société (technique, industriel, supports, RH, ...), je les assiste, d’une part dans la spécification de leur besoin et, d’autre part, dans la validation de leur besoin. Une fois ce besoin clarifié, je lance un appel d’offres auprès de prestataires spécialisés dans les projets informatiques de gestion de données techniques et scientifiques. La suite coule de source, je supervise les travaux, planifie les différentes activités, gère les contrats de sous-traitance, etc.

Ce rôle est très enrichissant d’un point de vue humain (relationnel interne et externe) et connaissances (sujets très divers dans le milieu aéronautique).

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" La faculté m’a permis d’avoir le choix, après la licence, de poursuivre les études ou de partir sur le marché de l’emploi. "

Parcours Informatique

Turbomeca (Bordes)
Chef de projet
Stéphanie G.

Essentiellement une bonne connaissance des différents corps de métiers de l’informatique et du développement.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après la licence, j’ai également fait ma maîtrise à l’UPPA puis un DESS Informatique fondamentale à Toulouse 3.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis désormais Principal Program Manager pour Internet Explorer. Cela signifie que je suis en charge, à la fois de certaines fonctionnalités d’Internet Explorer, mais également de la relation avec les développeurs web pour s’assurer que le produit correspond bien à leurs attentes.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" je suis en charge [...] de certaines fonctionnalités d’Internet Explorer "

Parcours Informatique

Microsoft (Seattle Etats-Unis)
Principal Program Manager
David C.

La licence m'a apporté des bases nécessaires à tout mon parcours professionnel actuel :

- des bases de travail ;

- des bases et des méthodes de recherches ;

- des connaissances générales en histoire de l'art et archéologie ;

- de manière générale, un savoir et un savoir-faire utiles à toutes mes missions actuelles.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Mon parcours par points avec les volontés qui ont guidées mes différentes orientations :

- Maîtrise d'histoire de l'art médievale (UPPA). J'ai, à la suite de cela, souhaité mettre en pratique mes connaissances universitaires et j'ai bénéficié de la "naissance" des Master et notamment des master pro.

- Direction vers un master 1 Communication et valorisation du patrimoine (Université de Nantes). Dans ce cadre, j'ai réalisé un stage de 4 mois au cours duquel j'ai été en charge de la programmation événementielle pour un musée municipal. J'y ai aussi découvert ce qu'était la valorisation du patrimoine dans sa dimension pratique. J'ai aperçu concrètement l'intérêt de la culture pour un territoire et une population donnés.

J'ai souhaité approfondir cette approche sociologique du domaine culturel et ainsi aboutir encore plus cette mise en pratique d'études en histoire de l'art et en patrimoine. J'ai concrétisé cette démarche en obtenant un master 2 en sociologie appliquée au développement local, option développement culturel (Université Catholique de l'Ouest, Angers).

En parallèle de ce master 2, j'ai continué à travailler pour le musée municipal de la Ville de Thouars, où j'avais effectué mon stage de master 1. J'ai aussi suivi une formation et obtenu l'examen de guide conférencier.

Mon parcours professionnel s'est étoffé par l'obtention du concours d'assistant de conservation des musées et des bibliothèques.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Après quelques années en charge du service des publics du musée municipal de la Ville de Thouars, j'ai eu l'opportunité d'assumer le poste de coordinatrice des affaires culturelles de cette même collectivité. Sous la responsabilité de la directrice des affaires culturelles, je suis en charge de différentes missions dont les plus importantes sont :

- la coordination administrative des acteurs culturels de la collectivité ;

- la communication culturelle ;

- la proposition et la mise en place de projets culturels communs (Pass culture jeunes, manifestation pour les pratiques amateures...) ;

- l'administration des subventions culturelles.

Le rôle de coordinatrice sous-entend de nombreuses autres missions comme la gestion de bâtiments culturels, de personnels, ... Il s'agit d'un poste de "transversalité" demandant capacité d'adaptation et pluridisciplinarité.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" La licence m'a apporté des bases nécessaires à tout mon parcours professionnel actuel. "

Parcours Histoire de l'art

Musée municipal de la Ville de Thouars
Coordinatrice des affaires culturelles
Elise E.

La licence d'histoire de l'art m'a permis de me familiariser avec les institutions culturelles en France (SDAP, Service de l'inventaire, DRAC...) avec lesquelles je travaille actuellement. Elle m'a également permis d'appréhender la notion de patrimoine.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après la Licence d'histoire de l'art, j'ai obtenu une maîtrise d'histoire de l'art à l'UPPA. Dans le même temps, j'ai réussi l'examen professionnel de Guide Interprète Régional, puis j'ai été embauchée dans la structure où je travaille actuellement et où j'avais déjà travaillé en tant que guide saisonnier durant mes études. La réussite à un concours de la Fonction Publique Territoriale en interne m'a permis d'évoluer vers le poste d'adjoint du patrimoine de 1e classe.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Travaillant dans un espace muséographique géré par une communauté de communes, j'occupe les fonctions d'un adjoint du patrimoine de 1ere classe : médiation culturelle (visites guidées, visites de groupes...), accueil du public, gestion de la boutique et de la billetterie, participation à la mise en place de la programmation culturelle (choix ou conception des expositions, organisation d'événements tels que vernissages, conférences...), suivi des projets de développement du site (appels d'offres, cahier des charges...), encadrement des autres médiateurs (plannings, congés...).

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" Après la Licence d'histoire de l'art, j'ai obtenu une maîtrise d'histoire de l'art à l'UPPA. Dans le même temps, j'ai réussi l'examen professionnel de Guide Interprète Régional [...] "

Parcours Histoire de l'art

Communauté de Communes Coteaux et Vallées des Luys (Brassempouy)
Adjoint du patrimoine de 1ere classe
Estele D.

Un goût pour l'art et la recherche.
Une connaissance générale et, par endroits, détaillée de son histoire et sa théorie.
Une formation universitaire plutôt solide (capacité d'analyse, de réflexion, rédactionnelle).

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Précision importante sur le parcours avant obtention de la licence : en 2ème année, réalisation d'un stage non obligatoire au Festival accès(s) de Pau (structure pluridisciplinaire). Découverte de la jeune création contemporaine et de l'envers du décor d'une manifestation culturelle qui sera déterminante pour la suite de mon parcours. J'intègre le conseil d'administration de l'association dans la foulée du stage et y travaille comme bénévole tout au long de mes études.
Après la licence, obtention d'une maîtrise d'histoire de l'art contemporain à l'UPPA, avec un sujet orienté Politique culturelle (mention TB).

Candidatures et entretiens à plusieurs DESS de gestion/direction de projet culturel - Non retenue, car pas encore à même de formuler un projet professionnel clair.

Ré-inscription à l'UPPA (en 1ère année, section langues étrangères) afin d'obtenir des conventions me permettant de réaliser 3 stages de 3 mois en milieu professionnel :

- Stage 1 : Théâtre Saragosse / participation à l'organisation du festival de danse,

- Stage 2 : Service culturel de l'UPPA / recherche de financement, dossiers administratifs divers, participation à l'organisation de manifestations,

- Stage 3 : Service Culturel de la ville de Bayonne et Musée Bonnat / participation à l'organisation d'une exposition d'art contemporain dans l'espace public.

Candidatures et entretiens à plusieurs DESS de gestion/direction de projet culturel - Retenue dans 3 DESS.

Choix de l'IUP(Institut universitaire professionnalisé) Denis Diderot à Dijon - Université de Bourgogne - option Spectacle vivant (plutôt que muséographie ou patrimoine déjà abordés à l'UPPA).

Stage obligatoire : Centre Chorégraphique National Ballet-Biarritz, écourté en raison de ma prise de fonction à accès(s) en tant qu'administratrice, en contrat emploi jeune. Celui-ci sera consolidé en CDI deux ans plus tard.

J'achève mon DESS avec un mémoire étroitement lié à ce qui est désormais mon champ artistique professionnel, les arts numériques (mention TB).

En 2009, je deviens également assistante de direction pour une compagnie de danse paloise, Écrire un Mouvement. J'y exerce des fonctions administratives assez similaires à celles d'accès(s) mais dans un champ artistique spécifique.

En 2011, je deviens directrice d'accès(s).

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Définition d'une ligne artistique, programmation et collaboration avec des programmateurs invités, accompagnement d'artistes à la production et à la diffusion d’œuvres.

Définition et mise en œuvre d'un projet artistique et culturel de territoire (politique partenariale et des publics, vie associative).

Direction et gestion administrative, juridique et financière.

Production des évènements (organisation logistique, technique et d'accueil).

Participation, en tant qu'expert, à des conférences et des jurys (programmes de résidence, de soutien à la création artistique, comité de préfiguration de projets).

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] en 2ème année, réalisation d'un stage non obligatoire au Festival accès(s) de Pau [...] qui sera déterminante pour la suite de mon parcours. "

Parcours Histoire de l'art

Association accès(s) culture électronique (Billère)
Directeur association artistique et culturelle
Pauline C.

Bien sûr la licence d’histoire obtenue est aux antipodes des fonctions plutôt financières et juridiques que j’exerce aujourd’hui. La licence, mais également la maîtrise suivie l’année suivante, qui m’a notamment permis de publier mon travail de recherches, m’ont apporté un socle de connaissances, une capacité de réflexion ainsi qu’une curiosité intellectuelle. Dans la mesure où je n’étais pas intéressé par les concours de l’enseignement, je me suis donc orienté vers une autre filière, celle des concours administratifs. Si l’histoire était –et demeure- une matière passionnante, rétrospectivement ce parcours a constitué un tremplin vers d’autres horizons et il en reste sans doute quelque chose aujourd’hui en termes de capacité de jugement, d’esprit critique et de mise en perspective des enjeux. Je garde également un souvenir reconnaissant pour ce que m’ont apporté les professeurs de la faculté d’histoire, je pense notamment à M. Desplat, Mme Guinle-Lorinet ou à ceux qui sont malheureusement disparus, comme MM. Papy et Bodis.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Mon parcours a été assez varié depuis l’obtention de la licence. Il s’agit d’un parcours qui a d’abord été enrichi, après ma maîtrise, par le diplôme de Sciences Po Bordeaux, ce qui m’a permis d’acquérir des connaissances en matière juridique, de culture générale et économique. De plus, ce type de formation, outre le fait qu’elle fournit un socle de connaissances supplémentaires, apporte une structuration de la pensée, une curiosité intellectuelle généraliste. Cette formation permet ensuite de passer et de réussir les concours administratifs de la fonction publique, avec des chances de réussite importantes, ce qui est moins évident en n’ayant suivi que des études d’histoire.

J’ai donc réussi plusieurs concours administratifs : d’abord celui des Instituts régionaux d’administration qui m’a permis d’exercer en tant que gestionnaire dans un collège pendant deux ans, puis le concours externe d’inspecteur du Trésor qui, après la formation à l’école nationale du Trésor, m’a permis d’intégrer l’administration centrale de Bercy, à la direction générale de la comptabilité publique (puis à la direction générale des finances publiques). J’ai exercé pendant 6 ans au sein d’un bureau de cette administration des fonctions d’expert en matière financière et comptable à destination des établissements publics nationaux.

Puis, j’ai souhaité évoluer et tenter les concours de la haute fonction publique : pour ce faire, j’ai été admis pendant un an à la préparation à l’ENA de l’Institut de la gestion et du développement économique (IGPDE) et j’ai passé deux concours : celui de l’ENA, que je n’ai pas réussi, et celui de l’Institut national des études territoriales (INET), que j’ai réussi et qui forme les administrateurs territoriaux des collectivités territoriales et qui me permet, aujourd’hui, d’être cadre supérieur de la fonction publique territoriale.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

J’exerce un emploi de cadre dirigeant dans une collectivité territoriale : titulaire du grade d’administrateur territorial, je dirige un service en charge de la gestion des finances et des marchés publics de la troisième ville francilienne par sa population (Saint-Denis). Cette fonction s’exerce au contact et dans le cadre des orientations définies par des élus investis d’un mandat municipal et par le Maire. Cela recouvre plusieurs missions : encadrement d’une équipe d’une trentaine d’agents, dont la moitié sont cadres A de la fonction publique, gestion du budget, de la dette et de la fiscalité de la ville, suivi et mise en œuvre de la politique de la commande publique définie en lien avec les élus et le Maire. Ce poste implique une expertise technique et managériale et un positionnement transversal (en lien avec les directions opérationnelles) ainsi qu’un travail de conseil auprès des élus.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" Si l’histoire était – et demeure- une matière passionnante [...] ce parcours a constitué un tremplin vers d’autres horizons [...] "

Parcours Histoire

Ville de Saint-Denis (Saint-Denis)
Directeur des finances et de la commande publique
Thierry R.

La licence d’histoire mention géographie, outre l’acquisition d’un savoir indispensable en histoire-géographie, m’a aidé à préparer les concours de l’enseignement puisque l’enseignement constitue le débouché principal de cette filière d’études, tout en m’ouvrant la possibilité de faire une année de maîtrise. La licence m’a aussi rendu plus autonome dans mon travail tout en permettant dans certaines matières le travail en groupe, l’apprentissage de l’oral et la maîtrise (du moins en partie) des épreuves écrites de l’étude de document(s) et de la composition. Enfin, j’ai perçu la préparation aux concours de l’enseignement comme un bon prolongement de la licence (malgré des inégalités dans la manière de nous faire acquérir la méthodologie), ce qui m’a permis de réussir mes concours, même si ce ne fut pas du premier coup.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après avoir obtenu ma licence d’histoire, mention géographie, j’ai obtenu à l’UPPA ma maîtrise d’histoire en 1999 puis j’ai passé le concours du CAPES d’Histoire-Géographie. Admissible mais non admis en 2000, j’ai décroché le CAPES en 2001 en suivant les cours de préparation à l’UPPA puis après un report de stage, j’ai réussi à obtenir l’agrégation d’histoire en 2002, toujours en étant inscrit à l’UPPA. Une fois devenu agrégé, j’ai accompli une année en qualité de professeur stagiaire au lycée Louis Barthou de Pau de 2002-2003, en parallèle d’une formation au sein de l’IUFM de Pau, avant d’être affecté en tant que titulaire au lycée Diderot de Langres dans l’Académie de Reims au 1er septembre 2003. Depuis, je suis toujours en poste dans ce lycée dans ses sections générales et technologiques.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Depuis le 1er septembre 2003, j’exerce mon métier de professeur d’histoire-géographie et d’éducation civique juridique et sociale (ECJS) au lycée général et technologique Denis Diderot à Langres, en Haute-Marne (Académie de Reims).
J’ai, chaque année, en charge des élèves de 2nde, de 1ère (séries générales S et/ou ES-L) et de terminale (séries générale S ou ES-L et technologique STMG) en histoire, en géographie, en éducation civique juridique et sociale et, depuis 3 ans, j’encadre des Travaux Pratiques Encadrés (TPE) avec des collègues des matières scientifiques (SVT ou sciences physiques).

Je suis également professeur principal et je participe à un groupe départemental de professeurs de lycée d’histoire-géographie en charge de réfléchir aux pratiques pédagogiques, à la méthodologie et aux attentes des différentes épreuves au baccalauréat. Nous réfléchissons aussi, avec nos collègues de collège, à faciliter la liaison 3ème-2nde pour nos élèves.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" La licence d’histoire [...] m’a aidé à préparer les concours de l’enseignement [...] m’a aussi rendu plus autonome dans mon travail "

Parcours Histoire

Lycée général et technologique Denis Diderot (Langres)
Professeur d’Histoire-géographie et d’ECJS
Nicolas F.

La licence d’histoire, préparée à Pau m’a apporté plusieurs points forts :

- le contenu était solide, riche et complet. Toutes les périodes de l’histoire étaient abordées. Même si j’ai une licence d’histoire, le jeu des options m’a aussi permis de faire un peu de géographie. Ce sont les bases pour la suite. Certains éléments me servent toujours.

- les méthodes de travail : la recherche, l’étude documentaire, le goût des textes, des auteurs, leurs publications autour de nouvelles problématiques ; la rigueur intellectuelle qui est indispensable dans le métier d’enseignant et d’inspecteur ; le travail de l’oral par les exposés, indispensable pour les métiers de communication (posture, maîtrise de la langue, clarté des idées, choix des exemples…).

- la capacité de travail : l’année de licence était, par le nombre de questions à préparer, une bonne préparation pour les concours.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Une fois la licence obtenue, j’ai soutenu une maîtrise d’histoire contemporaine (Michel Papy était mon directeur de recherche). J’ai ensuite passé le CAPES.

Le CAPES obtenu, j’ai quitté l’académie de Bordeaux pour une autre académie. Au bout de quatre ans, je suis devenu formateur académique auprès de l’inspecteur. J’ai encadré des stages, reçu des stagiaires, dispensé des cours en master 1 et 2 (préparation au concours). Parallèlement, j’ai repris mes études et préparé l’agrégation.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis inspecteur d’académie (IA) -inspecteur pédagogique régional (IPR), c’est-à-dire cadre supérieur de l’Education Nationale. Cela signifie que je remplis plusieurs missions qui tournent autour du conseil, de l’évaluation et de l’expertise. Je travaille en étroite relation avec le recteur et l’inspection générale, mais aussi avec les personnels de direction.

Au titre d’IA, je participe à la mise en œuvre de la politique éducative à l’échelle de l’académie, selon les définitions du ministre. Ce sont les grands chantiers nationaux : refonte des programmes (socle par exemple) ; réflexion sur l’évaluation autour de la conférence de cet automne ; refondation de l’école prioritaire ; instances pédagogiques… Il faut agir pour décliner ces axes à l’échelle de l’académie. Cela se fait dans la classe et les établissements scolaires. A cela, s’ajoute les priorités pour l’académie comme le projet académique, la maîtrise de la langue, les parcours d’orientation, le pilotage pédagogique, les remplacements…

Au titre d’IPR, j’évalue le travail des personnels enseignants et je participe à l’évaluation de l'enseignement des disciplines, des unités d’enseignement, des procédures et des résultats de la politique éducative. J’inspecte et conseille les personnels enseignants et m'assure du respect des objectifs et des programmes nationaux de formation, dans le cadre des cycles d'enseignement. Je participe aussi à l’animation pédagogique (formation initiale, continue).

Je conseille les chefs d’établissement ; on parle alors de pilotage partagé. Je peux enfin mener des missions d’expertise dans différents domaines, soit disciplinaire soit interdisciplinaire.

Mais les missions d’IA et d’IPR s’entremêlent. Par exemple, je m’occupe du dossier académique Histoire des Arts, dossier disciplinaire et interdisciplinaire.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" La licence d’histoire, préparée à Pau m’a ap-porté plusieurs points forts : [...] les méthodes de travail [...] la capacité de travail [...] "

Parcours Histoire

Education Nationale (Créteil)
Inspecteur d’académie - inspecteur pédagogique régional
Thierry C.

La licence de Géographie et Aménagement m'a permis d'acquérir l'autonomie dans mon travail. Le monde universitaire responsabilise beaucoup et enseigne l'autonomie afin d'être performant. Si on ne se prend pas en main, il est difficile de réussir. Les différentes matières étudiées en licence ouvrent beaucoup de perspectives dans la mesure où elles couvrent beaucoup de thématiques de la géographie.

Le contenu des enseignements m'a ainsi permis de mieux cerner les enjeux d'aménagement et de développement durable de la société actuelle. J'y ai découvert tout l'arsenal des mesures de protection environnementale et celui des dispositifs urbains, autant d'aspects qui font maintenant partie de mon quotidien professionnel. Durant ce cursus, on m'a également enseigné les bases de la cartographie informatique. Sans cette licence, je n'aurais sûrement pas pu m'orienter vers les SIG.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

A la fin de la licence, j'ai poursuivi mon parcours fort logiquement en Master Géographie (parcours Expertise Socio Environnementale), à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour. Cela m'a mené à la rédaction d'un mémoire de recherche sur la gestion de l'eau potable au sein de l'habitat collectif d'une agglomération. L’expérience fut très enrichissante d'un point de vue académique et personnel, mais cela ne m'a pas convaincu de poursuivre dans le monde de la recherche. Étant intéressé par l'exploitation de données géographiques, j'ai réorienté mon parcours en me spécialisant dans les SIG. Pour cela, j'ai intégré le Master SIGAT de l'Université de Rennes 2, un master réputé dans le monde de la géomatique. Ce cursus de deux ans m'a permis d'acquérir des compétences techniques et organisationnelles, valorisées par deux stages opérationnels.

Mon diplôme en poche, j'ai été recruté par la SAFER de l'Ile-de-France pour assurer la production cartographique de la société. Je suis rentré en tant qu'ingénieur d'études - cartographe. A côté de cela, j'étais le correspondant informatique de la société auprès de notre Fédération Nationale.

Avec le développement de l'activité cartographique liée au développement de l'activité "Études" de notre société, un cartographe est venu à temps plein. Cela a entraîné une nouvelle répartition des activités au sein du pôle : ce dernier s'occupant de la production et de l'exploitation, je m'occupe désormais de la partie management et gestion de projet.
La DSI Groupe a été mise en place l'an dernier et cette dernière m'a demandé de m'occuper du projet de plate-forme collaborative. Afin de compléter ma formation en terme de management des SI, j'ai intégré un Executive Master en Management des Systèmes d'Informations et des Technologies à l'Ecole des Hautes Etudes Commerciales de Paris (HEC). Ce cursus qui se déroule sur un an, à raison d'une semaine par mois, m'a permis d'acquérir des compétences dans les domaines de la stratégie, de la gouvernance et de la gestion des SI.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

En tant que Responsable IT / SIG, je suis en charge de l'informatique et de la gestion de l'information géographique au sein de la SAFER de l'Ile-de-France. J'interviens également comme chef de projet au niveau national, pour la DSI Groupe (Direction des Systèmes d'Information pour le groupe SAFER). Concrètement, je m'assure du bon fonctionnement de l'IT au sein de ma structure, à des coûts raisonnables, et dois répondre aux besoins des utilisateurs. Nous essayons également de proposer des solutions informatiques innovantes pour faciliter la vie du personnel. Pour la partie Information Géographique, je suis en charge du cycle de vie des données spatiales : création, exploitation, valorisation et mise à disposition.

Enfin pour la partie chef de projet, je suis en charge d'un groupe de travail pour la mise en place d'une plate-forme collaborative dans le Groupe SAFER. J'anime les groupes de travail et de test.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" La licence m'a permis de mieux cerner les enjeux d'aménagement et de développement durable de la société actuelle. [...] Sans cette licence, je n'aurais sûrement pas pu m'orienter vers les SIG. "

Parcours Géographie

SAFER de l'Ile-de-France (Société d'Aménagement Foncier et d'Etablissement Rural) (Paris)
Responsable IT / SIG
(IT : Informatique et Technique - SIG : Système d'Information Géographique)
Fabrice U.

La licence m’a permis de « m’ouvrir l’esprit » sur la multitude de champs disciplinaires que renferment la géographie et l’aménagement du territoire. A cette époque cependant, la traduction de ces « champs disciplinaires » en « champs d’activités professionnels » correspondants demeurait encore floue dans mon esprit. L’approche de « géographe » me permet quasi quotidiennement d’analyser les territoires et de comprendre leur fonctionnement, d’identifier leurs forces et leurs faiblesses, à partir de leurs ressources, de leur démographie, de leur économie et de leur configuration physique. L’approche géographique est ainsi fondamentale dans les professions ayant trait à l’aménagement du territoire.

Enfin, la capacité à concevoir, analyser et rendre compte, par les cartes, des enjeux territoriaux observés m’a apporté une réelle « plus-value » dans le monde du travail. La cartographie m’a permis d’être retenu sur des terrains de stages intéressants. Aujourd’hui, à la Direction des transports, nous travaillons tous les jours via les cartes. Les apports de ma licence à l’UPPA auront été particulièrement structurants à ce sujet.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après l’obtention de ma licence de géographie à l’UPPA, j’ai effectué un parcours universitaire en corrélation étroite avec le monde du travail :

- Maîtrise des Sciences et Techniques – aménagement – à l’Université de Nantes (2003 à 2005).

- Master Pro II à l’Institut d’Études Politiques de Rennes -IEP- (2005-2006).

Pendant ces 3 années, j’ai réalisé 4 stages en entreprises qui se sont avérés fondamentaux pour la suite de mon parcours professionnel. Dès l’origine, j'ai fait le choix délibéré de sélectionner un domaine d’activité précis et de m’y tenir : les transports et la mobilité :

- Stage en 2004 à la Direction déléguée TER (SNCF) des Pays de la Loire (6 mois) : définition et pertinence de l’offre TER sur l’axe Nantes – St Nazaire – Le Croisic.

- Stage à Nantes métropole en 2005,

- Stage au Conseil Général des Hautes-Pyrénées en 2005 (4 mois) : opportunité/faisabilité visant à déployer un service de transport à la demande en heures creuses en substitution de l’offre de ligne régulière. Réalisation d'un mémoire à ce sujet, avec en plus une restitution cartographique de l’ensemble des lignes régulières et de la fréquentation réelle recensée à chaque arrêt.

- Stage de 6 mois au sein de l’Institut de Planification et d’Urbanisme de Chihuahua (Mexique) : préconisations visant à assurer les facilités d’accès nécessaires, pour tous, dans le cadre du développement projeté d’un vaste quartier périphérique de la ville (Tabalaopa-Concordia).

Une fois diplômé de l’IEP en octobre 2006, le département de l’Eure a accepté ma candidature pour le poste de chef de service des transports en mars 2007. J’ai passé 2 ans et demi au sein de ce département.
Depuis 2009, je travaille au sein du département de Seine-Maritime (1,25 millions d’habitants) en tant que Directeur des transports. Je suis passionné par ce que je fais.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

La mission « transports /déplacements » qui m'est confiée comprend :

- l’organisation et le fonctionnement des transports scolaires, pour plus de 45 000 élèves transportés quotidiennement ;

- le maillage des services de déplacements à la population (conception et exploitation – directe ou déléguée) : lignes régulières interurbaines, transport à la demande de type zonal, covoiturage (sur plate-forme web aménagements d’aires de covoiturage) ;

- les analyses stratégiques, la définition des programmes et la déclinaison opérationnelle des projets (Information multimodale, déploiement d’un système billettique en Haute-Normandie, tarifications attractives et coordonnées).

Les missions du Directeur ont trait à plusieurs grandes composantes qui peuvent être résumées de la sorte :

- définition budgétaire et gestion d’un portefeuille de 52 M€ en dépenses annuelles de fonctionnement et de 7 M€ en investissements ;

- compétence managériale auprès des 32 agents réunis au sein de la Direction des transports,

- organisation de l’activité de la Direction ;

- conception, déploiement et suivi de projets ;

- passation de nombreux marchés publics ;

- contributions aux réflexions locales et nationales, en termes de développement de la mobilité.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" L’approche géographique est [...] fondamentale dans les professions ayant trait à l’aménagement du territoire. "

Parcours Géographie

Conseil Général de Seine-Maritime (Rouen)
Directeur des transports
Pierre L.

La licence de géographie aménagement est une base solide qui prépare la suite d’un parcours. Je reste persuadé que les matières enseignées en licence permettent à chaque étudiant de préciser son choix futur. Mon choix d’orientation vers les transports a peut-être été tardif (à partir de ma quatrième année d’études), mais c’est la licence de géographie qui m’a permis d’avoir le niveau et la culture générale suffisante pour accéder au cycle de l’École Nationale des Ponts et Chaussées.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après ma licence, je suis parti étudier à Rennes afin de mieux appréhender les questions de géomatique (Rennes 2 - Haute Bretagne - Master SIGAT). Ensuite, j’ai eu la chance d’être admis au Master CIMO de l’École Nationale des Ponts et Chaussées et de l’Institut d’Urbanisme de Paris où j’ai réalisé mon Master 2. Lors de mon Master 1, j’ai réalisé mon stage au service Géomatique de l’Agglomération Côte basque Adour. Lors de mon Master 2, j’ai réalisé mon stage au service transport de l’Agence d’Urbanisme Atlantique et Pyrénées. Par la suite, j’ai été recruté, lors du salon des transports 2008, par l’opérateur Keolis (leader du transport public en France et en Europe). Je suis resté une année dans cette entreprise afin de travailler sur les problématiques d’exploitation.

Ensuite, je suis revenu à l’Agence d’Urbanisme où j’avais déjà réalisé un stage. Dans un premier temps, j’ai été chargé de réaliser un diagnostic en vue de la révision d’un Plan de Déplacements Urbains, mais aussi de mener une étude transfrontalière auprès de l’Eurocité Basque. Par la suite, j’ai pris en charge la plupart des dossiers "mobilité du territoire basque", à l’interface entre décideurs politiques, techniciens de collectivités et urbanistes.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis en charge de l’ensemble des projets de transport de l’Agence d’Urbanisme sur le territoire Basque. Je suis notamment chargé d’accompagner :

- le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques sur l’ensemble de ses politiques de mobilité départementale (covoiturage, transports interurbains,…),

- le Syndicat des Transports de l’Agglomération Côte Basque Adour sur les politiques de mobilité urbaine (Plan de Déplacements Urbains, Schéma d’accessibilité, hiérarchisation de la voirie…)

- l’Eurorégion Aquitaine-Euskadi sur les projets européens de mobilité.

En tant que consultant, je propose, par ailleurs, des expertises sur les questions de nouvelles mobilités, via différents formats :

- je suis présent sur le web, sur les réseaux sociaux mais aussi en collaborant avec certains médias comme Mobilettre, Groupe Chronos…

- j’anime des ateliers ou tables rondes,

- je suis conférencier dans différents évènements,

- je conseille certaines collectivités sur leurs stratégies innovantes de mobilité.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] Je reste persuadé que les matières enseignées en licence permettent à chaque étudiant de préciser son choix futur. "

Parcours Géographie

Agence d’Urbanisme Atlantique et Pyrénées / Consultant à mon compte (Bayonne)
Chef de projet transports / Consultant
Julien D.

C'était la formation nécessaire pour accéder au CAPES.

Cependant, dans mon cas particulier, venant d'Espagne, avec une maîtrise en Langues Romanes (pouvant donc à partir de 1994 passer le CAPES avec un diplôme européen), cela m'a permis de comprendre les exigences méthodologiques du corps enseignant français que j'ai ensuite intégrées (c'est-à-dire dissertation, thème, explications de texte...).

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

J'ai obtenu la Licence en Espagnol en 1993, et obtenu ensuite le CAPES en 1994. J’ai suivi toute la formation au Département d’Espagnol de l’UPPA. J'ai demandé un report de stage en vue de préparer l'Agrégation, mais j'ai finalement, en septembre, été affectée comme stagiaire au Lycée de Mourenx.

Mon premier poste en tant que titulaire a été un poste de TZR (titulaire sur zone de remplacement) dans l'Académie de Créteil (1996), puis en 1999, dans l'Académie de Montpellier, ou j'ai exercé dans différents collèges du Carcassonnais, et enfin comme titulaire à partir de 2002 au Collège Le Bastion (Carcassonne), jusqu'en 2013 où j'ai obtenu une affectation au Lycée Jacques Ruffié de Limoux.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

J'enseigne l'espagnol à des jeunes qui vont passer le BAC, avec les nouvelles épreuves de langues, sur la base du CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues).

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] cela m'a permis de comprendre les exigences méthodologiques du corps enseignant français [...] "

Parcours Espagnol

Lycée Jacques Ruffié (Limoux)
Professeur certifié
Marie-Angeles M.

La licence m'a donc apportée la possibilité de préparer un DUT métiers du livre en une année au lieu de deux et les heures de travail passées en bibliothèque universitaire m'ont donné envie d'y travailler ensuite ! Au niveau de la langue espagnole, je ne m'en sers qu'occasionnellement dans le cadre de mon travail mais beaucoup de mes collègues m'ont identifiée comme celle qui adore les langues étrangères dans la bibliothèque ! L'anglais est la langue que je suis forcément amenée à pratiquer le plus souvent (notamment dans le cadre d'un master international en nanotechnologies où je donne des formations à la recherche documentaire en anglais) mais il arrive que je doive utiliser l'espagnol : rencontres annuelles avec un auteur latino-américain dans le cadre du festival Belles Latinas, relations avec des bibliothèques espagnoles dans le cadre du prêt entre bibliothèques, catalogage de livres en langue espagnole, discussion avec quelques étudiants hispanophones et, plus largement, mes compétences linguistiques m'ont permis d'être acceptée comme volontaire lors du congrès international de l'IFLA (la plus grande association internationale de bibliothécaires) qui a eu lieu à Lyon en août dernier. Je dirai qu'en résumé la licence m'a apportée une grande ouverture d'esprit et un véritable goût pour l'international (même si j'ai choisi de rester travailler en France !).

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après ma licence, en 2002-2003, j'ai fait une maîtrise LLCE (Langues, littératures et civilisation étrangères) espagnol à l'UPPA et les différentes recherches documentaires que j'ai faites dans ce cadre-là et les quelques formations que j'ai suivies à ce sujet m'ont donné envie de m'orienter vers les métiers de la documentation (auparavant, je ne savais pas trop ce que je voulais faire mais je savais qu'à priori je ne voulais pas être professeur !). Les 2 années suivantes, de 2003 à 2005, j'ai alors tenté le CAPES de documentation que j'ai préparé à l'IUFM de Pau : je n'ai pas obtenu le concours mais ai gardé l'envie de travailler en bibliothèques, et j'ai alors appris qu'il était possible de préparer un DUT métiers du livre en année spéciale (c'est-à-dire en une seule année au lieu de deux à partir du moment où on est au minimum titulaire d'un diplôme bac 2), ce que j'ai fait à l'IUT Michel de Montaigne de Bordeaux 3 en 2005-2006.

Après l'obtention du DUT, j'ai eu plusieurs postes de contractuelle dans diverses bibliothèques de plusieurs régions de France : médiathèque du comité d'entreprise de Total à Pau de 2006 à 2008, puis bibliothèque universitaire d'Amiens de sciences puis de droit de 2008 à 2009, puis bibliothèque universitaire de médecine de Bordeaux de 2009 à 2010, jusqu'à ce que j'obtienne mon concours de bibliothécaire assistante spécialisée en juin 2010 (concours d'état de catégorie B , c'est-à-dire qu’il est obligatoire d'avoir un DUT ou un DEUST en métiers du livre) et sois embauchée en tant que titulaire à la bibliothèque de l'Ecole Centrale de Lyon où je suis encore à l'heure actuelle.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je travaille dans une bibliothèque d'une grande école d'ingénieurs lyonnaise (Ecole Centrale de Lyon) en tant que bibliothécaire assistante spécialisée. Comme on est une petite équipe, je suis assez polyvalente : je suis responsable de la gestion des thèses, responsable du prêt entre bibliothèques, j'achète des livres - papiers ou électroniques - en mécanique des fluides, mécanique des solides et science des matériaux, je participe aux formations des élèves à la recherche documentaire, je participe à la gestion des périodiques, je catalogue des documents et fais des permanences en service public.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] la licence m'a apportée une grande ouverture d'esprit et un véritable goût pour l'international (même si j'ai choisi de rester travailler en France !)."

Parcours Espagnol

École Centrale de Lyon (Ecully)
Bibliothécaire assistante spécialisée
Stéphanie L.

Formation complète et large qui m'a donné des pré-requis nécessaires à la réussite du CAPES. Bonne connaissance de la langue, de la civilisation et de la littérature hispano-américaine que je mets aujourd'hui en pratique notamment auprès de mes classes de section bi-nationale Bachibac et classes européennes.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

- Depuis 2008 : En poste fixe au lycée Francisque Sarcey, Dourdan (91)

- 2007/2008 : TZR, titulaire sur zone de remplacement Versailles-Rambouillet

- 2006/2007 : IUFM Orléans, stagiaire au collège Jules Ferry à Auneau (28)

- 2005/2006 : Préparation CAPES (UPPA)

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Enseignante d'espagnol en lycée, professeur principal, tutrice d'un stagiaire, je participe aussi à la création de sujets d'examen.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] Formation complète et large qui m'a donné des pré-requis nécessaires à la réussite du CAPES. [...] "

Parcours Espagnol

Lycée Francisque Sarcey (Dourdan)
Professeur certifié d'espagnol
Maryse H.

La licence à l'UPPA m'a permis d'acquérir des bases techniques et théoriques vraiment solides pour continuer avec (assez) de facilité mon parcours. La qualité des enseignements, le sérieux de la formation et les effectifs (assez) réduits y ont très largement contribué et permettent d’orienter assez facilement les goûts/envies professionnels de chacun.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après ma licence à l'UPPA, j'ai obtenu une maîtrise puis 2 masters (un pro et un recherche) à Paris. De retour à l'UPPA, j’ai été attachée d'enseignement et de recherche (ATER) pendant mon doctorat. J'ai par la suite été recrutée au MAE pour un poste au Sénégal d'appui au système statistique à travers la création de l'École Nationale de la Statistique et de l'Analyse Économique (ENSAE) pendant 4 ans. Je suis désormais en poste à AFRISTAT au Mali.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis expert macroéconomiste à l'Observatoire économique et statistique d'Afrique subsaharienne (AFRISTAT). Je suis employée par le Ministère français des Affaires Étrangères (MAE) détachée à AFRISTAT. Mes principales missions sont, d'une part, d'appuyer les Instituts Nationaux de Statistique (INS) des pays membres en conjoncture et analyse macroéconomique et, d'autre part, de valoriser les données statistiques régionales à partir d'études économiques.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" Je suis employée par le Ministère français des Affaires Étrangères [...] "

Parcours Economie-Gestion

Observatoire économique et statistique d'Afrique subsaharienne (AFRISTAT) (Bamako Mali)
Macroéconomiste
Emilie L.

La formation Licence en Sciences Economiques que j'ai suivie à l'UPPA n'a pas été particulièrement décisive pour accéder aux diverses fonctions professionnelles que j'ai exercées. Néanmoins, elle a contribué à la réussite de mon parcours professionnel dans la mesure où elle m'a octroyé des connaissances qui m'ont permis de mieux appréhender les différents postes que j'ai occupés. Ce diplôme, auquel se sont ajoutés la Maîtrise en Commerce International puis le Master MBA, m'a permis d'avoir un regard plus critique sur les aspects économiques, financiers et de gestion des entreprises au sein desquelles j'ai travaillé, d'autant plus s'agissant là de PME qui, de par leur petite taille, permettent aux salariés d'avoir une vision globale des divers départements qui conforment l'entreprise.

En effet, le parcours universitaire que j'ai choisi me permet de comprendre aussi bien les axes stratégiques, la politique commerciale, marketing et de communication mais également les aspects financiers de l'entreprise, me donnant ainsi une vue d'ensemble très intéressante. Aussi, je dirais que mon parcours a été facilité par ma maîtrise de diverses langues, dont le français, l'anglais et l'espagnol principalement, que j'ai utilisées et que j'utilise encore aujourd'hui, au quotidien tout au long de ma vie professionnelle.

J'ajouterais enfin que mon parcours universitaire a également été un apprentissage de maturité : l'université m'a appris à être autonome dans l'organisation de mon travail et la gestion de mon temps, et notamment les années de DEUG et LICENCE, caractérisées par moins d'encadrement et donc une plus grande autonomie et prise en main personnelle.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Mon parcours, tant d'études que professionnel, est souvent qualifié d'atypique car il est assez éloigné des parcours linéaires que l'on peut rencontrer. Voici, présentés dans l'ordre chronologique, les principales étapes de mon parcours universitaire et professionnel suite à l'obtention de la Licence en Sciences Economiques à l'UPPA en 2002 :

- 2002 à 2004 : Maîtrise en Sciences et Techniques du Commerce International (MST CI), UPPA, IAE de Bayonne.

- 2004 : Stage 5 mois, Dublin, Irlande.

- 2004-2005 : Master MBA Administration et Direction d'Entreprises, Universidad de Deusto, ESTE, San Sebastián, Espagne (16 mois).

- 2005 : Stage Commercial export, Bergara, Espagne (6 mois, dont 4 en parallèle avec le dernier trimestre du Master MBA, sept-déc.2005).

- 2006-2007 : Contrôleur de Gestion Risques Clients, Dikar S.Coop., Bergara, Espagne.

- 2007 à 2009 : Responsable Commerciale, Concha Bay, SL, Oiartzun, Espagne.

- 2009-2010 : Chef de ventes, Goibegi, SL, Irun, Espagne.

- 2011 à 2013 : Responsable commercial export Espagne et Amérique Latine / Responsable dossiers Subventions / Autres tâches diverses, Créations Jean Vier SA, Saint-Pée-sur-Nivelle (64).

- 2013-2014 : Responsable Réseau et Développement Succursales et Franchises, Créations Jean Vier SA, Saint-Pée-sur-Nivelle (64).

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

- Gérer et motiver l'ensemble de l'équipe de notre réseau de 14 magasins (7 succursales et 7 franchises) et 17 personnes ;

- Réaliser le suivi des performances commerciales de l'ensemble de ces magasins ;

- Identifier de nouveaux partenaires commerciaux pour l'ouverture de nouveaux points de vente franchisés, en France ou à l'export.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] l'université m'a appris à être autonome dans l'organisation de mon travail et la gestion de mon temps [...] "

Parcours Economie-gestion

Créations Jean Vier SA (Saint-Pée-sur-Nivelle)
Responsable Réseau et Développement Succursales et Franchises
Amaia G.

La licence éco-gestion m'a donné envie de mieux comprendre le monde et l'environnement économique qui le régit. Cette formation façonne notre esprit critique et nous rend meilleur dans nos analyses.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après la licence éco-gestion, j'ai poursuivi jusqu'en master 2 banque et finance internationales. Spécificité sur mon CV, j'ai pris une année pour voyager entre le M1 et le M2 avec, entre autres destinations, quelques mois en Australie en Working Holidays Visa pour travailler mon anglais !

Professionnellement, j'ai intégré RCI Banque après un stage à la Société Générale, j'ai été 3 ans conseiller commercial puis 3 ans analyste financier, et maintenant, auditeur interne depuis quelques mois.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis actuellement auditeur interne chez RCI Banque mais c'est très récent, j'ai intégré le service depuis le 1er octobre 2014. Un auditeur "interne" (à ne pas confondre avec un auditeur "externe" type CAC, commissaire aux comptes) analyse la chaîne de production d'une entreprise pour y apporter des recommandations dont l'objectif est de réduire le risque inhérent à chaque opération. C'est un poste très riche en contenu étant donné que l'on analyse l'ensemble du processus de production d'une entreprise. Casaniers s'abstenir, ce poste nécessite d'être en permanence en déplacement, pour le cliché voir la bande annonce du film "In the air" ça vous donnera une idée ... :)

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" Cette formation façonne notre esprit critique et nous rend meilleur dans nos analyses. "

Parcours Economie-gestion

RCI Banque
Auditeur interne
François-Marie A.

La licence était le passage obligé dans la poursuite de mes études de droit. Ce fut également l'année où j'ai dû opter pour le droit privé plutôt que le droit public. Ce choix ne m'a toutefois pas empêché, une douzaine d'année plus tard, de prendre la responsabilité d'une rédaction spécialisée en droit public.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après ma licence, j'ai obtenu une maîtrise, puis un DEA, puis un Doctorat de droit privé, le tout au sein de l'UPPA. J'ai enseigné pendant toute la durée de mon doctorat en qualité de moniteur puis d’ATER. Après la soutenance de ma thèse, j'ai intégré l'école des avocats du barreau de Versailles. Durant ma période de formation, j'ai effectué un stage de 6 mois chez Total, puis de 6 mois dans un cabinet d'avocats. Après l'obtention de mon CAPA (Certificat d'aptitude à la profession d'avocat), je suis partie vivre à Londres où j'ai poursuivi une activité d'enseignement dans une université anglaise, ainsi que mon activité d'avocate. J'ai également débuté une collaboration avec LexisNexis en tant qu'auteur. Et c'est dans ce cadre que j'ai été recrutée par LexisNexis à mon retour en France en 2011. Depuis, j'ai occupé différents postes et gravi quelques échelons. Je suis désormais responsable de rédaction.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

- Encadrement d'une équipe de 7 personnes (éditeurs et secrétaires d'édition) : animation de l'équipe, suivi des produits gérés par l'équipe (encyclopédies, revues, etc.), des budgets de droits d'auteur, des directeurs de collection ;

- Rédactrice en chef de la revue Contrats et marchés publics : définition du plan de publication, veille et écriture de brèves d'actualité, recrutement d'auteurs, gestion des budgets de droits d'auteur ;

- Participation à des colloques, conférences, tables-rondes en lien avec l'actualité de ma rédaction (Droit public, Europe et International) ;

- Développement de nouveaux produits : LexisMaroc (plate-forme Internet dédiée au droit des affaires au Maroc), LexisProcédures (application permettant le calcul des échéances de procédure).

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" Après l'obtention de mon [...] Certificat d'aptitude à la profession d'avocat, je suis partie vivre à Londres où [...] J'ai [...] débuté une collaboration avec LexisNexis en tant qu'auteur."

Parcours Droit

LexisNexis (Paris)
Responsable de rédaction
Julie P.

La fac de Pau offre un cadre de vie et d'enseignement paisible propice à l'apprentissage. J'y ai développé un intérêt pour la chose juridique grâce à des enseignants passionnés, disponibles et à l'écoute. Je suis l'exemple que cette formation pourtant éloignée de la capitale, est néanmoins reconnue et permet d'entamer les carrières de son choix. De partager mon expérience que je juge concluante avec l'UPPA avec ses étudiants actuels et à venir est une façon pour moi de rendre à Pau et à cette université un peu de ce qu'elle m'a donné et appris.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Passionné par le Béarn et Pau en particulier où j'ai grandi j'ai tenu à profiter de ce que la fac avait à offrir. Après l'obtention de mon DESS Droit des affaires, j'ai passé le concours d'entrée à l'Ecole du Louvre à Paris. Parallèlement à cet enseignement, et pour assumer les charges d'une vie parisienne j'ai dû trouver un travail dans le marché de L'Art. C'est Christie's, la prestigieuse maison anglosaxonne qui m'a ouvert ses portes. J'y ai exercé dès l'âge de 21 ans les fonctions d'administrateur et de spécialiste junior dans les départements des Livres et Manuscrits puis dans celui des Automobiles de Collection. Ce dernier m'a permis pour les besoins de nos ventes aux enchères à travers le monde de voyager au Royaume Uni, ailleurs en Europe mais surtout au bord des côtes Est et Ouest Américaines.

J'ai ensuite saisi l'opportunité en 2008 que me tendait Hervé Poulain célèbre Commissaire-Priseur chez Artcurial de travailler à ses côtés pour la rédaction de son livre Le marteau et son Maître.

J'ai enfin, en 2010, intégré la société Bonhams Auctioneers pour élaborer le projet des 110 ans de l'automobile au Grand Palais de Paris.

Ça n'est qu'ensuite que j'ai rejoint mon sud-ouest, à Tarbes, où j'ai intégré une petite structure judiciaire, l'Etude Adam. J'y ai appris ce que je devais savoir pour présenter et finalement obtenir l'examen de commissaire-Priseur Judiciaire, en 2012. Depuis je suis commissaire-priseur judiciaire, officier public et ministériel dans les Hautes-Pyrénées.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Le quotidien d'un commissaire-priseur est très varié. Il se décompose selon les jours entre des inventaires dans tout le département soit à la demande des instances judiciaires (Tribunal de commerce pour les procédures collectives, tribunal d'instance et de grande instance pour les protections des majeurs, des Notaires dans le cadre d'inventaires successoraux et fiscaux) soit à la demande de particuliers qui souhaitent volontairement se défaire de biens, connaître seulement leur valeur pour les assurer ou les partager.

Cette récolte d'informations sur le terrain s'accompagne ensuite d'un long travail à l'hôtel des ventes, de mise en forme, de recherche pour finir avec les prisées (l'apposition des estimations sur l'inventaire). Une salle des ventes est très vivante, nombreux sont les particuliers qui y passent à l'improviste pour faire estimer des objets, il faut être capable en quelques minutes de leur donner une idée de la valeur. Enfin la direction de ventes aux enchères ouverte à tous est le clou de mon activité. Avec comme accessoire indispensable le marteau et le prononcé du mot adjugé, c'est la face emblématique de mon métier.

C'est donc un métier au contact du public, dans lequel la formation est continue, la curiosité et la remise en question des savoirs sont permanentes. C'est cette variété qui en fait depuis plus de 500 ans un métier passion!

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] cette formation pourtant éloignée de la capitale, est [...] reconnue et permet d'entamer les carrières de son choix. "

Parcours Droit

Henri ADAM commissaire-priseur (Tarbes)
Commissaire-priseur judiciaire et volontaire
Romain C.

Une ouverture sur toutes les matières juridiques qui me permet d'envisager ma mission dans une globalité légale.
Une rigueur et une méthodologie dans le raisonnement.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après la licence :
- Maîtrise de droit privé,
- DESS de droit privé option droit notarial,
- DSN (Diplôme supérieur du notariat).

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

En qualité de notaire, j'accomplis la mission de service public de l'authenticité partout où la loi la requiert (droit de la famille, droit immobilier, droit des affaires, droit rural).
Cette mission s'accompagne d'un travail de conseil permanent.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" Cette mission s'accompagne d'un travail de conseil permanent. "

Parcours Droit

SCP Billerach - Camet-Lassalle (Orthez)
Notaire
Pierre C.

Outre la maîtrise de l'anglais, qui est un plus mais n'est pas suffisante en soi dans le milieu professionnel, c'est la variété des sujets abordés en parcours licence, ainsi que les expériences réussies à l'international (ERASMUS en UK Teaching Assistant aux USA) qui m'ont permis d'intégrer Sciences-Po, puis un Cabinet conseil en Management.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après l'obtention de ma licence et de ma maîtrise LLCE (Langues, littératures et civilisation étrangères), j'ai effectué une année de Teaching Assistant dans une université américaine. A mon retour, je souhaitais donner une teinte plus « professionnelle » à mon parcours et j'ai donc intégré Sciences-Po Toulouse pour un Master Pro en Relations Internationales. (2006 : Master 2 - Relations Internationales) .

Afin d'approfondir l'aspect professionnel de mon parcours, j'ai souhaité effectuer un stage dans une entreprise (et non pas dans une institution internationale comme la plupart de mes camarades). J'ai fait le choix d'intégrer un cabinet conseil afin de pouvoir varier un maximum les missions, et donc, les expériences pro. Je savais également qu'il était assez classique d'être embauché par ces cabinets à l'issue des stages si ceux-ci se déroulaient convenablement. Ce fut le cas me concernant (2006 - 2010 : Computer Sciences Corporation - Conseil en Organisation).

Par la suite, après quatre ans de conseil et une dizaine de missions variées chez des clients de secteurs très différents (logistique, banque, tourisme, assurance), la société AXA France m'a proposé de rejoindre leur équipe de consultants internes (2011 - 2013 : AXA France - Chargé de projets d'organisation).

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Dans le cadre de ma fonction d'organisateur conseil chez AXA France, j'effectue les missions suivantes :

- analyse de l'activité opérationnelle des services faisant appel à nous, généralement sur des problématiques d'organisation des équipes et d'optimisation des procédures (par exemple, accélérer le repérage et le solutionnement des dossiers client pouvant dériver en procédures judiciaires),

- proposition de solution aux directions concernées, incluant généralement la mise en place de projets d'organisation et de management,

- réalisation des projets, parfois avec l'aide de prestataires (cabinets conseil),

- accompagnement managérial pour la pérennisation des solutions mises en place.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" Outre la maîtrise de l'anglais [...] c'est la variété des sujets abordés en parcours licence, ainsi que les expériences réussies à l'international [...] qui m'ont permis d'intégrer Sciences-Po, puis un Cabinet conseil en Management. "

Parcours Anglais

AXA France (Paris La Défense)
Chargé de projets d'organisation
Benjamin L.

La Licence LLCE anglais, et l’ensemble de mon parcours universitaire en général, m’ont permis d’acquérir toutes les connaissances disciplinaires que je mobilise, au quotidien, dans l’élaboration des séquences pédagogiques : phonologie, grammaire & linguistique, civilisation et littérature bien sûr. La didactique, bien qu’introduite tardivement à l’époque dans le cursus, constitue également un point d’appui précieux. D’une façon générale, les enseignants remarquables que j’ai côtoyés et qui m’ont « coachée » de façon efficace et personnalisée dans la structure familiale qu’est l’UPPA, ont non seulement renforcé ma vocation, mais ont très largement contribué à ma réussite et je ne les en remercierai jamais assez !

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après l’obtention de ma licence en 2005, je suis partie 6 mois en séjour Erasmus à Nottingham, en vue d’effectuer toutes les recherches pour mon mémoire de M1 en littérature. Puis, dès mon retour en France début 2006, j’ai tenu à assister aux cours de préparation aux concours, de manière à me mettre « dans le bain » le plus tôt possible, et cela porta ses fruits puisque j’ai décroché simultanément CAPES et Agrégation en juillet 2007. L’année qui a suivi, j’ai demandé un report de stage en vue d’achever mon Master (M2 littérature américaine). En septembre 2008 j’étais nommée stagiaire à Anglet. Une fois titularisée, j’ai été nommée dans l’académie de Créteil (77, Meaux), puis, j’ai muté en septembre 2011 dans l’académie d’Orléans Tours, où je travaille aujourd’hui avec bonheur ! J'ajoute que grâce aux points liés à l'agrégation, j'ai toujours eu la chance, rare, d'exercer en lycée et sur des postes fixes.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Depuis septembre 2008, j’exerce en lycée en tant que professeur d’anglais. J’ai entre 5 et 7 classes à charge pour 15-17 heures de cours hebdomadaires. Je veille à la transmission des savoirs dans le respect des textes, programmes et autres référentiels. J’enseigne, entraîne et évalue en conséquence les 5 compétences que sont la compréhension écrite et orale, et la production écrite et orale, y compris en interaction. Avant toute mise en oeuvre, il me revient de créer des séquences à partir de supports authentiques, les plus stimulants et divers possible. Bien entendu, au-delà de l’activité en classe, je corrige aussi les copies, participe aux examens, réunions, conseils d’enseignement (par équipes) et de classe et à l’orientation / l’accompagnement des élèves. Parfois nous sommes sollicités pour des missions de tutorat, tant auprès d'élèves que de collègues qui viennent d'obtenir le concours. Avec l’introduction des TICE, notez que bien des tâches et documents sont aujourd’hui dématérialisés et s’effectuent en ligne (saisie des notes, absences et cahiers de textes, contact avec administration, collègues et familles…).

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] je suis partie 6 mois en séjour Erasmus à Nottingham, [...] dès mon retour [...] j’ai tenu à assister aux cours de préparation aux concours [...] et cela porta ses fruits puisque j’ai décroché simultanément CAPES et Agrégation [...] "

Parcours Anglais

Lycée Marceau (Chartres)
Professeur d'anglais
Marielle C.

Ces 3 années de licence m’ont permis de mieux comprendre la langue et la culture anglaises. La licence m’a permis une ouverture d’esprit et une étude détaillée de l’anglais, de la phonétique à la civilisation, de la littérature à la grammaire en passant par la traduction (thème & version). J’ai aimé mes études même si j’en retire beaucoup de théorie. La pratique, l’anglais pour communiquer je l’ai surtout appris sur le terrain en Ecosse, en Australie et au Canada notamment. Comme beaucoup, lors de mon inscription en première année de L1 je souhaitais passer le CAPES d’anglais jusqu’à la découverte du FLE. Dès lors, j’ai souhaité enseigner ma langue maternelle et découvrir de nouveaux pays et nouvelles cultures, c’est ce que j’ai fait jusqu’à aujourd’hui et j’espère continuer dans cette voie.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après avoir obtenu ma licence, j’ai effectué ma première année de Master 1 FLE à l’UPPA. Ensuite, je suis partie un an en tant que lectrice à l’université d’Aberdeen en Ecosse. Cette première expérience d’enseignement du français m’a beaucoup plu et j’ai poursuivi dans cette voie en m’inscrivant à l’université d’Avignon où j’ai obtenu mon Master 2 FLE l’année suivante. Ayant choisi le parcours FLE dans le but d’allier travail et voyages, j’ai été assistante de langue en école secondaire à Melbourne, en Australie pendant 1 an puis assistante dans un lycée à Nijmegen aux Pays-Bas pendant une année scolaire également. Je suis de très près le développement des MOOC et poursuis ma formation continue à travers différents cours d’enseignement en ligne, de gestion de projet,...

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis également examinatrice DELF (Diplôme d'études en langue française) et participe aux passations/corrections dans les écoles secondaires de la région chaque année au printemps. Je participe à la promotion et la diffusion de la langue et culture françaises lors d’ateliers, de soirées organisées lors de la chandeleur par exemple.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] j’ai été assistante de langue [...] aux Pays-Bas [...] en Ecosse, en Australie et au Canada [...] j’ai souhaité enseigner ma langue maternelle et découvrir de nouveaux pays et nouvelles cultures [...] "

Parcours Anglais

Centre de Gestion des Pyrénées-Atlantiques (Pau)
Instructrice de français langue étrangère seconde Alliance Française d'Halifax (Canada)
Virginie B.

La licence a été une année clé dans mon parcours universitaire puisque c’est cette année-là que j’ai choisi d’orienter mon parcours vers les carrières de la Fonction Publique (en optant pour la spécialité Administration Générale et Territoriale et non Administration et Gestion des Entreprises).

Cette année d’étude a constitué la 1ère pierre de mon projet professionnel même si, à mon sens, il est indispensable de poursuivre au-delà si on envisage une carrière de cadre dans la Fonction Publique (Territoriale ou autre).

Le Master Administration Générale et Territoriale que j’ai suivi par la suite a été, un très bon tremplin (que ce soit pour préparer et réussir le concours d’attaché territorial mais aussi pour l’acquisition de connaissances qui m’ont été, et me sont encore, très utiles dans ma pratique professionnelle).

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

- 2002-2003 : Maîtrise Administration Economique et Sociale AGT à l'UPPA.
- 2003-2004 : Année de préparation aux concours de la Fonction Publique au Centre de Préparation à l’Administration Générale de l'IEP de Bordeaux.
- 2004-2005 : Master II Administration Territoriale à l'UPPA.
- 2005 : Réussite des concours d'Attaché Territorial et d'Attaché d'Administration Scolaire et Universitaire.
- 2005 à 2008 : Attaché Territorial au Syndicat Mixte d'Alimentation en Eau Potable et d'Assainissement URA à Ustaritz : Responsable Administratif et Financier.
- 2008 à aujourd’hui : Responsable de pôle au Centre de Gestion 64.
- 2010 : Nomination Attaché principal.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je détiens le grade d’attaché principal territorial et assure actuellement les fonctions de responsable du pôle Gestion statutaire au sein des services du Centre de Gestion des Pyrénées-Atlantiques (CDG 64). Le Centre de Gestion propose aux collectivités des services d'expertise en mettant à leur disposition du personnel qualifié dans tous les domaines se rapportant à la gestion des ressources humaines. Dans notre département, cela représente sept collectivités sur huit qui ont fait le choix d'adhérer au Centre de Gestion au 1er janvier 2014. Le pôle dont j’assure la gestion, composé de 6 agents, assure plus spécifiquement le renseignement à destination des collectivités territoriales et établissements publics du département sur le statut de la Fonction Publique Territoriale (renseignement par téléphone, messagerie, rédaction de notes d'information, animations de réseaux pour les secrétaires de mairie ou les Directeurs des Ressources Humaines par exemple). Très concrètement, nous détenons veillons au bon déroulement des carrières (avancements d’échelon, de grade, positions administratives, ...). Dans ce cadre, nous préparons de nombreux projets de décisions (arrêtés, délibérations, ...). Nous assurons également la gestion des instances paritaires : Commissions Administratives Paritaires (compétentes pour les décisions d’ordre individuel liées à la carrière de l’agent) et Comité Technique Intercommunal pour les communes de moins de 50 agents (compétent sur les questions d’ordre collectif concernant notamment l’organisation des services). A titre personnel, j’ai également la chance de revenir chaque année à l’UPPA pour dispenser des cours sur le Statut de la Fonction Publique Territoriale aux étudiants du Diplôme Universitaire Métiers de l'administration générale territoriale (préparant au métier de secrétaire de mairie) qui est le fruit d’un partenariat entre le CDG 64 et l’UPPA.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" [...] La licence a été une année clé dans mon parcours universitaire [...] "

Parcours AES

Centre de Gestion des Pyrénées-Atlantiques (Pau)
Responsable du pôle gestion statutaire
Magali S.

La licence m’a permis de développer un esprit de synthèse. La formation étant assez généraliste, cela m’a permis de pouvoir rebondir suite aux échecs aux concours administratifs. Aujourd’hui, mon travail me demande de connaître beaucoup de domaines : la fiscalité, l’économie, les successions, les règlementations de crédit, etc. Mes études m’ont permis d’avoir une certaine culture générale.

Indispensable dans mon métier : le droit, par exemple, me sert beaucoup quand je dois traiter une succession. L’économie me permet d’avoir une vision plus précise sur les marchés financiers. Enfin, il est toujours mieux apprécié des recruteurs d’avoir obtenu une licence, ce qui prouve une certaine persévérance et une envie d’aller plus loin.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après avoir obtenu ma licence AES, j’ai envisagé de me présenter à des concours administratifs tout en faisant en parallèle des petits boulots notamment en grande distribution. Cette situation a duré 9 mois, je me suis présentée à deux ou trois concours, qui se sont soldés par des échecs. J’ai donc décidé de faire un bilan avec le soutien de Pôle Emploi pour déterminer le secteur d’activité qui me correspondrait le mieux et finalement c’est dans la relation clientèle que je devais m’orienter. J’ai donc commencé à postuler à des annonces de type commercial et service client et obtenu un premier CDD de 5 mois dans le commerce de fleurs et plantes auprès de la grande distribution chez POMONA. A la fin de ce CDD, j’ai postulé pour faire un contrat de professionnalisation au sein du Crédit Agricole, j’ai été retenue pour un an de contrat. Et depuis la fin de ce contrat je suis toujours dans le secteur bancaire depuis 7 ans, en CDI.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis gestionnaire de clientèle « particuliers » dans un établissement bancaire. J’ai en charge le suivi et le développement d’environ 550 clients dans les domaines de l’épargne, les crédits, l’assurance et la bancarisation. Le développement de mon portefeuille m’amène à toujours être attentive aux demandes des clients pour répondre à leurs besoins dans les domaines énoncés ci-dessus, tout en respectant les normes de risque et de conformité. Comme dans toute entreprise commerciale de services, j’ai des objectifs à atteindre en terme de développement commercial et donc en terme de développement de PNB (produit net bancaire) de l’entreprise.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" J’ai en charge le suivi et le développement d’environ 550 clients. "

Parcours AES

Caisse d’épargne CEAPC (Bizanos)
Gestionnaire clientèle
Claire M.

La licence a été un support de connaissances pluridisciplinaires qui m'ont permis de développer une ouverture d'esprit et également d'orienter mes choix professionnels.

Pouvez-vous nous indiquer ce que la LICENCE vous a apporté ?

Après la licence, j'ai souhaité m'orienter vers la finance, j'ai donc choisi de suivre une MSTCF (maîtrise des sciences et techniques comptables et financières) à l'IAE de Pau (nous sommes aujourd'hui 4 associés issus de cette MSTCF). A la fin de la MSTCF, j'étais intéressée par le métier d'expert-comptable, c'est pour cette raison, que j'ai terminé par une formation à l'IAE sur la préparation au DESCF (Diplôme d’études supérieur comptables et financières). Je suis rentrée sur le marché du travail en 1996 ce qui fut particulièrement difficile car la conjoncture n'était pas favorable aux cabinets. J'ai intégré le réseau CER pendant 6 ans puis EXCO depuis 12 ans où j'ai fait mon stage et passé le DEC (Diplôme d’études comptables) en suivant. Je suis diplômée depuis 7 ans et seulement, 2 ans après on m'a proposé une direction de bureau. Je suis associée depuis 2 ans.

Pouvez-vous nous raconter votre PARCOURS d'études et vos expériences professionnelles depuis l'obtention de votre licence ?

Je suis expert-comptable et je me suis formée aux techniques d'accompagnement de chef d'entreprise. Au sein du cabinet, on a développé une offre de services avec cet accompagnement. Egalement directrice du bureau, Je manage une équipe de 25 personnes que j'essaie de faire évoluer vers les changements que va connaître notre profession, c'est-à-dire de les orienter fortement vers le conseil. En tant qu’associée du cabinet, je m'occupe également du secteur association sur nos territoires.

Pouvez-vous décrire les principales MISSIONS que vous exercez dans le cadre de votre emploi actuel?

" Je manage une équipe de 25 personnes. "

Parcours AES

Exco Fiduciaire du Sud Ouest (Hagetmau)
Expert comptable
Christelle B.